Regions Liège

Les magasins Makro en grève, ce samedi, à Alleur et Lodelinsart

Un parking vide, ce samedi matin, au Makro, à Alleur

© Michel Gretry

10 oct. 2020 à 09:22Temps de lecture1 min
Par Michel Gretry

Les employés protestent contre un plan d’économies, un plan de polyvalence, ou, plus précisément, contre l’absence de dialogue social à propos de ce plan. Selon Guy Jamoulle, le délégué principal du syndicat chrétien, "la direction ne veut pas négocier, or, la polyvalence, elle doit être encadrée, et les limites doivent être consignées dans une convention collective, sinon, c’est invivable pour les travailleurs, et malheureusement, les discussions tournent court à chaque réunion".

Pour l’implantation de cette enseigne en région liégeoise, outre des pertes d’emplois de travailleurs temporaires, la fermeture de l’atelier de boulangerie est déjà d’application : il ne subsiste que quelques cuissons. Autre particularité : alors que le mouvement de protestation, nationalement, est mené en front commun, le syndicat socialiste s’est désolidarisé de l’action, parce qu’il considère qu’il reste un espace de concertation, et que la grève est une musculation à l’approche des élections sociales. Une sorte de retour à l’envoyeur, puisque dans un autre conflit, récemment, chez AB InBev, c’est la CSC qui avait lancé ce type d’accusation contre la FGTB.

Au-delà de la restructuration, il est permis de se demander si l’enseigne Makro n’est pas un modèle de magasin qui s’essouffle. Voici six ans, un quart du personnel est parti. Un quart encore voici quatre ans, et, malgré des apports d’argent frais par les actionnaires, les ventes ne retrouvent pas un niveau de rentabilité qui, à moyen ou long terme, garantisse la pérennité de l’entreprise.

 

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous