Psychologie

Les mères colériques et sévères ont plus de risques d'avoir des enfants avec des troubles du comportement

Les mères colériques et sévères ont plus de risques d'avoir des enfants avec des troubles du comportement

© LittleBee80 - Getty Images/iStockphoto

29 juil. 2018 à 14:00Temps de lecture2 min
Par RTBF TENDANCE avec AFP

Perdre le contrôle de ses émotions ou avoir des difficultés à atteindre des objectifs en tant que parent peut rejaillir sur le comportement des enfants, avertissent les chercheurs.

 

L'étude, publiée dans Family Relations, a suivi 152 mères, âgées de 21 à 49 ans, ayant des enfants âgés de 3 à 7 ans, dont 62% étaient mariées. Pour mesurer leur niveau de self-control,  elles ont répondu à un questionnaire leur demandant par exemple à quelle fréquence elles avaient des accès de colère ou réagissaient de manière excessive pour des problèmes mineurs.

Par ailleurs différentes tâches ont permis d'évaluer leurs capacités à atteindre des objectifs quotidiens, planifier, résoudre des problèmes ou encore focaliser leur attention sur ce qui est le plus important. Les chercheurs ont également analysé, via une série de questionnaires, les attitudes et le langage utilisés par les parents ainsi que les problèmes de comportement des enfants.

 

L'étude constate que les mères qui avaient une gestion émotionnelle et cognitive plus élevée déclaraient moins de problèmes de comportement chez leur enfant, comme se battre avec d'autres enfants ou faire des crises quand ils n'obtenaient pas ce qu'ils voulaient.

Autre constat: les mères qui se maîtrisent mieux sont également moins susceptibles d'être verbalement sévères avec leurs enfants, rapporte l'étude. Celles qui ont de meilleures aptitudes cognitives sont aussi moins susceptibles d'être "contrôlantes" .

"Les attitudes parentales sévères et contrôlantes sont fortement associées aux problèmes de conduite des enfants", soulignent les chercheurs.

 

Pour éviter d'en arriver à ce type de situation, les auteurs de l'étude conseillent aux parents d'être attentifs à plusieurs signaux. "Il y a des signes clairs qui montrent que notre capacité à nous maîtriser est en train de s'effondrer,  lorsque nous nous sentons distraits, irritables et fatigués par exemple", explique le docteur Kirby Deater-Deckard, professeur de sciences psychologiques et cognitives à l'Université du Massachusetts et co-auteur de l'étude.

La spécialiste propose de prendre un temps de recul pour mieux répondre. "Les parents peuvent s'entraîner à reconnaître ces signaux lorsqu'ils se produisent, et répondre en prenant un 'temps mort' si possible, comme nous le ferions avec notre enfant quand nous remarquons ces signaux chez eux." Sans oublier de veiller à une bonne hygiène de vie incluant une alimentation saine, une activité physique suffisante et un bon sommeil.

Consulter l'étude (en anglais): ici


 

Sur le même sujet

"Il faudra te mettre au régime après, mon fils n'aime pas les grosses" : ces "conseils" dont les parents se passeraient bien

Psychologie

Les pères qui s'impliquent dans leur rôle de futur parent pourraient aider à préserver la santé de leur enfant

Santé & Bien-être

Articles recommandés pour vous