RTBFPasser au contenu
Rechercher

Les moules belges bientôt dans votre casserole

Peu de chances que celles-ci soient belges, mais ça ne saurait tarder
27 janv. 2022 à 08:40 - mise à jour 27 janv. 2022 à 09:22Temps de lecture2 min
Par Jean-Christophe Willems

A moins de vous rendre chez l’un ou l’autre poissonnier de la côte, il y a peu de chances que vous tombiez sur des moules produites en Belgique. La plupart de celles que nous mangeons proviennent des Pays-Bas, et même principalement de Zélande. Mais les premiers jalons de la mytiliculture belge à grande échelle viennent d’être posés au large de Nieuport. Colruyt vient d’y baliser sa zone d’élevage qui s’étend pour l’instant sur un kilomètre carré. De quoi produire 200 tonnes de moules à l’été 2023.

Une ferme marine dédiée aux moules

Il y a quelques jours à peine, les travaux de construction de la ferme marine Westdiep ont commencé à 5 km au large de Coxyde et Nieuport. Plateforme de sécurité et bouées de marquages spéciales sont ainsi installées dans une zone d’exploitation commerciale obtenue après validation du service fédéral Milieu marin. Dans un premier temps, la ferme se contentera donc d’une superficie modeste mais elle devrait rapidement être quadruplée. Quant aux moules, elles sont dites "de filière", c’est-à-dire qu’elles ne seront pas élevées au sol mais bien sûr cordes. Cela leur permet de rester immergées en permanence et de grossir rapidement. Les premiers mollusques devraient rejoindre leur élevage avant le printemps.

Vue en 3D de la ferme marine
Vue en 3D de la ferme marine Colruyt Group

200 tonnes de moules : une goutte d’eau

Avec 200 tonnes de moules produites dans un an, on sera loin de rassasier l’estomac des Belges, grands amateurs du mollusque. Même en quadruplant la production, Colruyt ne fera pas encore beaucoup d’ombre aux voisins néerlandais. Même si les chiffres sont en diminution depuis plusieurs années, ce ne sont pas moins de 50.000 tonnes de moules qui sortent annuellement de leurs élevages. Et pourtant, ils ne jouent pas encore dans la cour des (tout) grands. L’Espagne est le premier producteur européen (200.000 tonnes), alors qu’au niveau mondial, la Chine est de loin leader du marché avec ses 640.000 tonnes, selon le site consoGlobe.

Mais le but de l’enseigne belge n’est évidemment pas de concurrencer les géants mais bien de proposer une alternative locale à ses clients. Il n’y en aura peut-être pas pour tout le monde dans un premier temps et il est difficile de se prononcer sur la qualité à ce stade. Mais si Français et Néerlandais y parviennent, il n’y a pas de raison que les spécialistes mondiaux de la moule n’en soient pas capables.

Sur le même sujet

La saison des moules de Zélande est lancée: on pourra même les goûter revisitées en hamburger

Vidéo

Articles recommandés pour vous