RTBFPasser au contenu
Rechercher

Belgique

Les moyennes entreprises seront fortement concernées par des faillites dans les semaines à venir, selon la FEB

Pieter Timmermans, administrateur délégué de la FEB qui craint de voir des milliers de personnes perdre leur emploi dans les prochains mois.
01 juin 2022 à 23:43 - mise à jour 02 juin 2022 à 06:23Temps de lecture2 min
Par Maud Wilquin

8,97 %. Voilà le taux qu’a atteint l’inflation au mois de mai 2022. Un taux record que l’on doit principalement à la hausse des prix de l’énergie et qui n’avait plus été atteint depuis le mois d’août 1982. Une période clé pour Pieter Timmermans, administrateur délégué de la FEB qui craint de voir des milliers de personnes perdre leur emploi dans les prochains mois.

"Entre 1975 et 1982, tout le monde a nié le drame", se souvient-il sur le plateau de "QR le débat". "La conséquence a été la dévaluation du franc belge, donc un approvisionnement total linéaire pour tout le monde", reprend-t-il. "Entre 1989 et 1995, c’était pareil : blocage des salaires et saut d’index. Ma prévision, c’est que d’ici un an nous serons dans la même situation qu’il y a 10 ans lorsque nous avions perdu 90.000 emplois dans secteurs de l’industrie parce que les entreprises exportatrices se retrouvaient dans une situation très compliquée."

En voyant leurs dépenses en matière de salaires ou encore de facture d’énergie augmenter de 30 à 35 % cette année, les entreprises auront bien du mal à faire face à la crise, estime l’administrateur délégué. "Je pense qu’il y aura des drames, on le voit déjà dans le nombre de faillites qui concernent pour le moment surtout les petites entreprises et qui se concentrera un peu plus sur les moyennes entreprises dans les semaines à venir."  

Pieter Timmermans craint pour la survie des petites et moyennes entreprises

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Pour aider les ménages impactés par ces pertes d’emplois notamment, il faudrait selon lui mieux répartir l’enveloppe bien-être de 700 millions d’euros du gouvernement. Une enveloppe proposée tous les deux ans pour augmenter la pension, les indemnités maladie ou encore le chômage : "Au mois de septembre, nous devrons avoir un débat sur un montant de 700 millions d’enveloppe bien-être", explique Pieter Timmermans. "Nous demandons en tant qu’employeurs des mesures plus ciblées, orientées sur les personnes plus démunies alors que les autorités augmentent encore les pensions des fonctionnaires. Je lance un appel au gouvernement pour utiliser ces 700 millions d’euros de manière plus ciblée, sur les ménages monoparentaux, l’accueil des enfants au lieu de donner un tout petit peu à tout le monde."

Pieter Timmermans : "il faut utiliser l'enveloppe bien-être au profit des cas les plus nécessiteux"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

"Ce qui coince", affirme pour sa part la secrétaire générale de la CSC, Marie-Hélène Ska, "c’est qu’on a fait des choix dans les années 90 par lesquels on a laissé croire qu’il existait une recette magique qui consistait à bloquer les salaires … donc à faire payer aux travailleurs pour améliorer la situation dans le futur."

En conséquence, la part des salaires a été fortement dévalorisée ces vingt dernières années, indique la secrétaire générale. "Ensuite, les salaires ont été bloqués", reprend-t-elle. "Il faudrait aussi que nous puissions avoir un débat serein et ouvert sur les coûts de l’énergie. L’essentiel de l’inflation en Belgique est lié au prix de l’énergie et des carburants. Les factures augmentent parce que l’on fait supporter aux citoyens un certain nombre de postes qui ne sont pas liés et parce qu’il n’y a pas de transparence sur les coûts de l’énergie. Ensuite, tout le monde n’est pas logé à la même enseigne. Il y a un grand écart entre ceux qui s’en sortent et ceux qui ne s’en sortent pas."

Il faudrait selon elle des mesures plus structurelles pour les personnes dans le besoin après deux années de crise sanitaire.

Marie-Hélène Ska : "on a fait croire qu'il existait une recette magique pour bloquer les salaires"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Le gouvernement prolonge jusqu'à la fin de l'année les mesures temporaires pour aider les entreprises en difficulté

Belgique

Quand les salariés en ont assez d'être "fliqués" par leur manager...

Articles recommandés pour vous