Le 6/8

Les nouveaux Pierre Lemaitre et Nicolas Mathieu : deux styles différents qui méritent toute l’attention des lecteurs

Deux Prix Goncourt

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

28 févr. 2022 à 14:33Temps de lecture2 min
Par François Saint-Amand

D’un côté Le Grand Monde de Pierre Lemaître, de l’autre Connemara de Nicolas Mathieu. Si ces deux anciens Prix Goncourt s’opposent en librairie, pour Michel Dufranne, les deux devraient plaire à n’importe quel lecteur.

Si vous rôdez souvent tel un rat de bibliothèque en librairie, vous avez sans aucun doute repéré le duel de ce début d’année dans les rayons. Deux anciens Prix Goncourt, Pierre Lemaître et Nicolas Mathieu, ont chacun sorti un nouveau livre.

C’est un petit événement puisque les deux écrivains partagent quelques traits communs. Tous deux ont notamment été des Prix Goncourt lucratifs. Pierre Lemaître a par exemple signé Au revoir là-haut qui a été adapté au cinéma par Albert Dupontel.

Ils proviennent aussi tous les deux du polar. "Ce sont des auteurs qui viennent d’une littérature très narrative. Ils ont appris à raconter des histoires et poser des personnages là où traditionnellement la littérature blanche est une littérature de réflexion, qui se regarde d’abord le nombril avant de s’élargir au monde" indique à ce propos Michel Dufranne. Ils se singularisent par contre dans les récits qu’ils proposent chacun.

"Le Grand monde" : une saga familiale et historique trépidante

Le Grand monde de Pierre Lemaitre est une saga familiale qui se lit comme un roman d’aventures. Le romancier se distingue avec son approche fétiche, construire une fiction ancrée dans la grande Histoire.

Après la Première Guerre pour Au revoir là-haut, l’auteur de 70 ans s’intéresse à la période suivant la Seconde Guerre mondiale. Une famille originaire de Beyrouth se divise : certains membres partent pour Paris, d’autres pour l’Indochine. À travers ces différents portraits, Pierre Lemaitre évoque le parcours et l’ambition de citoyens lors des Trente Glorieuses.

Tout ne se passera évidemment pas comme prévu, d’autant que la famille cache certains secrets bien enfouis.

"C’est une grande saga familiale avec un contexte historique, cela fonctionne et on déroule" résume Michel Dufranne, séduit par cet ouvrage.

"Connemara" : un roman social sur la crise de la quarantaine

Difficile de ne pas pousser la chansonnette en lisant Connemara de Nicolas Mathieu. En effet, cette chanson de Michel Sardou représente bien l’optique du roman selon Michel Dufranne : "C’est une chanson populaire dans les classes populaires et aussi chez l’élite, au second degré, mais toutes les fêtes d’école de sciences-po et de commerce se terminent avec Les lacs du Connemara. A la base c’est une blague mais au final tout le monde la connaît et la chante".

Dans Connemara, on suit Hélène, qui semble avoir une vie parfaite : brillante élève, elle quitte le Grand Est pour Paris, elle a décroché un emploi de rêve avec un salaire important et jouit d’une vie familiale épanouie.

Mais à 40 ans, elle remet en question l’intégralité de son parcours. En parallèle, on suit la trajectoire d’un ancien amour de jeunesse resté dans sa région, qui prend la vie à la légère… et Hélène est tentée par cette vie plus marginale mais plus palpitante. "Nicolas Mathieu fait ce qu’il s’est faire : raconter l’avant des gens d’aujourd’hui et comment cela impacte leur quotidien. Comment cette crise de la quarantaine fait que l’on se remet en question. Il fait du roman social, il est plutôt l’Émile Zola avec une fibre contemporaine avec une écriture impeccable" souligne encore le chroniqueur littéraire.

Compassionate Eye Foundation/David Oxberry/Getty Images

Retrouvez les avis littéraires de Michel Dufranne, et bien d’autres chroniques dans Le 6-8 en semaine sur la Une.

Sur le même sujet

Bibliothèque en 1969 : Gaston Lagaffe est-il idiot ?

Vivacité

Comment le sport a relancé les questions sur la cause animale en 2021-2022

Le 6/8

Articles recommandés pour vous