Belgique

Les patients Covid de longue durée pourront bénéficier d'un "trajet de soins" personnalisé, sans surcoût

WEB_SONORE_MINISTRE_COVID_LONG

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

03 juin 2022 à 15:00 - mise à jour 03 juin 2022 à 19:09Temps de lecture1 min
Par Philippe Walkowiak
Getty

Le covid long touche une personne infectée sur trois en Belgique après six mois, c’est ce qu’a constaté l’institut Sciensano.

Ces personnes souffrent de terribles fatigues, essoufflements, problèmes musculaires, cardiovasculaires, troubles de la mémoire ou de la concentration. Cela entraîne souvent une dégradation de la qualité de vie et de fréquentes difficultés à reprendre le travail.

Parcours de soins

Le groupe de travail au sein de l’Inami qui se penche sur la mise au point d’un trajet de soins pour les patients souffrant du Covid de longue durée vient d’aboutir sur une première partie d’un projet de convention pour ces patients. " Il s’agit d’un travail de longue haleine qui devrait déboucher sur des avancées tangibles pour les patients dès juillet ", se réjouit Frank Vandenbroucke, ministre des Affaires sociales et de la Santé publique.

Un trajet de soins est donc établi pour ces patients, même si ce travail devra encore être peaufiné au fur et à mesure que de nouvelles connaissances arriveront.

Ainsi, le médecin généraliste pourra proposer deux types de soins :

  • Soit des soins “monodisciplinaires”, c'est-à-dire un seul type de soins : kinésithérapie OU logopédie OU soins psychologiques.
  • Soit un parcours de soins " pluridisciplinaire ", c'est-à-dire un trajet de soins qui regroupe plusieurs types de soins dont le patient a besoin : kinésithérapeute, ergothérapeute, diététicien, logopède et/ou psychologue.

13.000 personnes concernées

A ce jour, sur la base des données collectées par Sciensano, on estime que cette première partie de la prise en charge devrait bénéficier à 13.000 patients et représenter un budget estimé à quelque 7,1 millions d’euros.

Et le ministre de la Santé d’ajouter : "Ma volonté était aussi de faire tomber des seuils financiers pour que tout patient qui a besoin d’une prise en charge puisse y avoir accès et ne doive pas y renoncer pour raisons financières. A cet égard, la convention apporte de grandes avancées puisque pour les nouvelles prises en charge auxquelles cette convention donne accès, le ticket modérateur est supprimé et les suppléments d’honoraires seront interdits".

Sur le même sujet

Malades longue durée : le projet de loi "trajet retour au travail" a été adopté en première lecture en commission

Politique

Covid long : un an après les promesses, frustration pour les victimes qui subissent un lourd impact sur leur vie quotidienne

Santé & Bien-être

Articles recommandés pour vous