RTBFPasser au contenu

La Une

Les pesticides et le grand effondrement : un documentaire choc à voir sur Auvio

Des études démontrent de façon irréfutable que l’épandage de pesticides dans nos campagnes a augmenté de façon significative les cancers chez les adultes et surtout chez les enfants.
21 mai 2022 à 07:26 - mise à jour 21 mai 2022 à 10:402 min
Par Christophe Vuylsteke

Des études démontrent de façons irréfutables que les épandages de pesticides dans nos campagnes ont augmenté de façon significative les cancers chez les adultes et surtout chez les enfants. Même les habitants vivant à côté des cultures, laissant leur fenêtre ouverte la nuit, n’ont pas le temps de sauter du lit pour la fermer. Les hélicoptères qui provoquent des nuages de pesticides au-dessus des champs, sont déjà à l’œuvre. Et malheureusement, ils pénètrent aussi dans les maisons avoisinantes.

Si je ne ferme pas les fenêtres immédiatement, j’ai les yeux qui brûlent jusqu’au lendemain.

L’extinction de masse commence par la disparition des plus petits

En 2017, une étude allemande a pu mettre un chiffre sur ce que pouvait signifier extinction de masse. Les résultats de ces recherches dépassent les pires pronostiques imaginés. En 30 ans, 75% de la biomasse des insectes volants a disparu. Cela se passe donc de façon extrêmement rapide. Ces insectes sont au début de la chaîne alimentaire. S’ils disparaissent complètement, les oiseaux, les amphibiens ou encore les reptiles et même les mammifères, comme les chauves-souris, ne peuvent plus se nourrir. Si toute cette partie de la biodiversité disparaît, c’est toute la pyramide écologique qui est menacée. Et au sommet de la pyramide, on y retrouve l’homme. Conclusion : nous serions tous aussi menacés d’extinction.

Le retour du bio, de l’air pour nos vers de terre

Heureusement, tout n’est pas perdu, mais il y a urgence. Des agriculteurs ont osé franchir le pas, et d’autres ont suivi après avoir observé que c’était possible : cultiver bio, sans pesticides.

Labourer un champ n’est pas bon pour les multiples êtres microscopiques vivants sous terre. A l’œil nu, on n’y voit que des vers de terre bien utiles pour aérer le sol, mais le sous-sol regorge également de microscopiques petites bestioles. Et certains agriculteurs, grâce à de nouvelles technologies et méthode de préparation du sol, ont créé de nouvelles machines pour semer, sans tout détruire en amont et sans labourer. Et ça marche.

Un carnage dans lequel la justice commence à intervenir

Graines de tournesol bleues
Graines de tournesol bleues © RTS-TEMPS PRESENT

Au début, un agriculteur était très frileux à porter plainte, pensant que cela pouvait se retourner contre lui. C’est lui qui achète et répande lui-même ces produits toxiques. Mais si on regarde de plus près, ce sont les fabricants de ces pesticides qui sont responsables de la destruction de la biodiversité, du développement de maladies cancérigènes et de leucémie, même chez les bébés.

Depuis peu, les agriculteurs, en Suisse ou en France notamment, se sont regroupés pour, autour d’avocats spécialisés, faire face à ces géants industriels sans scrupule, entourés de puissants lobbies écrasant tout sur leur passage.

Bref, le combat ne fait que commencer. Des échecs et des réussites, il y en a déjà eu. Croisons les doigts pour que, tout comme à l’époque où les cigarettiers affirmaient que la nicotine n’était pas addictive et nocive pour l’homme, les agriculteurs gagnent la bataille au profit du vivant.

Sur le même sujet

24 mai 2022 à 10:06
3 min

Articles recommandés pour vous