Régions Brabant wallon

Les ramoneurs sont fort sollicités : "les gens veulent rallumer leurs vieux feux"

Stéphane Bandin, ramoneur

© Tous droits réservés

Il fait en moyenne cinq ramonages par jour en cette saison mais cette année, en septembre et octobre, Stéphane Bandin en a fait sept à dix quotidiennement. Le ramoneur n’a jamais connu cela auparavant. "Les gens se réveillent à cause de la crise énergétique. Ils veulent utiliser leur feu ouvert ou leur poêle qu’ils n’ont pas utilisé depuis longtemps ou qu’ils utilisent très peu. Et du coup, ils n’ont souvent plus fait ramoner leur cheminée depuis un certain temps". Sa dernière intervention, Stéphane Bandin l’a réalisée sur une cheminée qui n’avait plus été ramonée depuis 17 ans.

 

Mais pourquoi est-ce si important de faire ramoner sa cheminée ?

"Si on ne nettoie pas bien, nous explique Stéphane Bandin, la suie s’agglutine dans le conduit et se transforme en bistre, c’est-à-dire en quelque chose de brillant qui est très dur et plus il y en a, plus le conduit se referme. Les fumées ne s’évacuent alors plus correctement, la température s’élève, et à un moment donné toute la colonne peut prendre feu". C’est ce qu’on appelle un feu de cheminée.

Une cheminée mal entretenue peut aussi être la cause d’intoxications au monoxyde de carbone.

D’un point de vue légal, vous êtes tenu de faire ramoner votre cheminée chaque année si elle est reliée à un système de chauffage central au mazout, au bois ou au charbon.

Sur le même sujet : Extrait Journal parlé Vivacité (29/11/2022)

Les ramoneurs sont fort sollicités

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous