RTBFPasser au contenu
Rechercher

Journal du Rock

Les Red Hot Chili Peppers ne détestent pas le metal contrairement aux idées reçues

Flea se produisant sur scène lors de la troisième journée du Grand Prix de Formule 1 de Singapour au Marina Bay Street Circuit, le 22 septembre 2019.
08 mars 2022 à 12:43Temps de lecture1 min
Par Classic 21

Après s’être moqué du hair metal pendant des décennies, Flea, le bassiste des Red Hot Chili Peppers, a admis que l’antipathie de son groupe à l’égard de cette tendance n’était pas fondée.

Aux côtés de Jane’s Addiction, Thelonius Monster et Fishbone, les Red Hot Chili Peppers ont présenté dans leurs premières années une vision de Los Angeles différente de celle proposée par les paillettes du hair metal hollywoodien. Leur son underground était assez éloigné de groupes comme Motley Crue, W.A.S.P. et autres.

Les grands noms des scènes grunge et hair metal ont, depuis, reconnu que l’antipathie entre les deux camps était en quelque sorte une "fausse guerre", et c’est ce que Flea explique aujourd’hui.

Le bassiste a déclaré dans une interview pour le magazine Classic Rock : "Nous étions clairement contre la scène hair metal. Nous nous disions 'Qu’ils aillent se faire foutre. On fait de l’underground, du art-rock un peu bizarre… Ces gars-là ne font que rabâcher Aerosmith et Kiss'. Rétrospectivement, ce n’était que des conneries mesquines. Beaucoup de ces groupes étaient géniaux. Guns N' Roses était un groupe formidable."

Le groupe a récemment sorti "Poster Child", un nouveau single issu du prochain album Unlimited Love prévu pour le 1er avril ! Dans ce nouveau titre, Anthony Kiedis déclame une série de noms comme Billy Idol, Robert Plant, Ulysses Grant, Parliament, Led Zeppelin, Thin Lizzy, The Ramones, Judas Priest, Duran Duran, Motörhead et beaucoup d’autres sur une ambiance très groovy.

Sur le même sujet

A quoi peut bien servir un Grammy ? La fille de Flea des Red Hot Chili Peppers a sa petite idée…

Journal du Rock

Les Red Hot Chili Peppers : retour aux racines funk et hommage à Taylor Hawkins

Journal du Rock

Articles recommandés pour vous