RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Liège

Les "rues cyclables" liégeoises deviennent définitivement définitives

L’un des virages de la rue du vallon, à Angleur, "rue cyclable", et pour cause elle est barrée pour les voitures

Sur le territoire de la ville de Liège, les rues cyclables sont apparues voici presque deux ans, au début de la crise sanitaire, lorsque de plus en plus de gens ont commencé à circuler à vélo, de peur de prendre le bus ou le train. Elles ont été instaurées à titre provisoire. Lundi, le conseil communal doit en adopter une vingtaine à titre définitif.

Du côté des usagers, l’accueil est plutôt mitigé, comme l’explique Serge Seron, militant cycliste au quotidien :"C’est un dispositif du pauvre, c’est un investissement limité ; c’est efficace quand c’est correctement signalé, correctement aménagé, correctement respecté. Mais si ça se limite à un panneau et éventuellement un marquage au sol, ça ne coûte pas cher, mais les rues restent méconnues, et sur le terrain, il y a des frictions avec les automobilistes."

Il faudrait par exemple envisager de signaler l’entrée dans une rue cyclable par un rétrécissement de chaussée ou un plateau. C’est un article du code de la route qui date d’une dizaine d’années, mais il n’est pas appliqué depuis longtemps en région wallonne. Il prévoit que sur ces tronçons, les deux-roues ont la priorité, qu’il est interdit de les dépasser et que la vitesse est limitée. Des actions de prévention sont d’ailleurs prévues par la police zonale dès le retour des beaux jours, pour sensibiliser les conducteurs.

Et peut-être faudrait-il commencer par mieux choisir les voiries où la petite reine est reine. Le contre-exemple presque parfait, c’est cette route pavée en lacets, au pied du Sart-Tilman, rue cyclable certes, et… barrée aux voitures !

Serge Seron, groupe d'action des cyclistes quotidiens

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous