Belgique

Les saisies d'animaux ont augmenté en Wallonie en 2021, selon le cabinet de Céline Tellier

© KERRYWHO - Getty images

16 mars 2022 à 16:41Temps de lecture1 min
Par Belga

Les chiffres relatifs aux saisies d'animaux ordonnées par les services régionaux en 2021 font état d'une hausse significative des saisies de chiens (141 contre 27 en 2020) et, dans une moindre mesure, de chats (16 contre 10 en 2020), selon les chiffres communiqués à Belga par le cabinet de la ministre wallonne du Bien-être animal, Céline Tellier (Écolo).

En revanche, aucun retrait de permis de détention d'animaux n'a été prononcé, contre six en 2020.

Depuis 2018 et l'entrée en vigueur du Code wallon du Bien-être animal, chaque Wallon est en effet de facto détenteur d'un tel permis. Il peut lui être retiré de façon provisoire ou permanente en cas de faits de maltraitance avérés.

Par ailleurs, quatre citoyens, contre dix l'année précédente, se sont vu interdire de détenir un animal pendant un laps de temps pouvant aller d'un mois à cinq ans.

Pourtant, ces chiffres sont loin de refléter avec exactitude la situation vécue sur le terrain par les associations, comme l'a confié à Belga le responsable du refuge Sans Colliers situé à Perwez (Brabant wallon), Sébastien de Jonge.

Les confinements

"Tout d'abord, il faut tenir compte du délai entre le moment de la saisie et le prononcé de la sanction", explique-t-il. "Autre point important, la plupart des cas de saisies relèvent de négligence involontaire, engendrée par des troubles psychologiques. Si les personnes sont reconnues comme irresponsables pénalement, elles ne font pas l'objet de poursuites."

L'impression que le nombre de saisie a explosé en un an est également à nuancer. "De nombreux cas de maltraitance n'ont pas été rapportés en 2020 en raison des confinements liés à la pandémie."

Sébastien de Jonge rappelle en outre que ces chiffres régionaux ne prennent pas en compte les saisies ordonnées par les Autorités locales. Il est donc difficile d'obtenir un tableau représentatif de la problématique.

Le refuge brabançon tire par ailleurs la sonnette d'alarme quant à la situation dans les refuges wallons, pour la plupart saturés depuis la fin de l'année 2021. Un phénomène qui serait, notamment, la conséquence "d'adoptions compulsives" au cours de la pandémie.

 

Sur le même sujet

Retour du printemps... et des puces sur les animaux : voici comment les repérer et s'en prémunir

Le 6/8

Une soixantaine d'animaux fauchés par un train en 2021, en hausse de 30% en un an

Belgique

Articles recommandés pour vous