Musique

Les salles de concert en difficulté face à la flambée des coûts énergétiques

Les salles de concert en difficulté face à la flambée des coûts énergétiques.

© Tous droits réservés

Des tickets de concert impayables ? Des salles contraintes de mettre la clé sous la porte ? C’est peut-être le scénario catastrophe vers lequel on se dirige si les coûts de l’énergie continuent de grimper. IQ, la plateforme d’information mondiale dédiée au secteur de la musique live, a interrogé de grandes salles de concert aux quatre coins de l’Europe. Le constat est partout le même : l’augmentation sévère des prix du gaz et de l’électricité constitue le principal défi depuis la pandémie. Défi auquel les exploitants répondent par une consommation plus raisonnable et des sources d’énergie plus durables.

Au Royaume-Uni (particulièrement touché par la crise énergétique) certaines arènes ont vu leur facture d’énergie quadrupler depuis le début de l’année et "en moyenne, le coût annuel de l’énergie par salle devrait augmenter de 316%". Idem en Estonie où les prix sont cinq fois plus élevés qu’à la même période il y a un an.

Si l’énergie est le poste de dépenses le plus préoccupant pour les professionnels interrogés, les autres coûts tels la main-d’œuvre et la nourriture connaissent également une augmentation importante. Comme le déplore l’une des responsables d’ASM, une grande société d’évènementiel : "Nous faisons face à des augmentations de prix massives sur tous nos marchés, à des niveaux sans précédent."

"Essayer de minimiser les coûts des spectacles, en particulier leurs besoins énergétiques"

Le PDG de "Saku Arena" en Estonie explique : "Cela signifie que nous sommes obligés de trouver des alternatives ou un moyen de réduire la consommation". Du côté d’ASM on parle d’un "dialogue constant avec les partenaires pour essayer de minimiser les coûts des spectacles, en particulier les besoins énergétiques d’un spectacle."

En Allemagne à la "Barclays Arena" le défi est le même. Résultat: cette arène de 15.000 places cherche à utiliser des sources d’énergies alternatives comme les énergies éolienne et solaire. Des investissements dans la lignée du système de récupération des eaux de pluie pour les sanitaires qui existe depuis la construction du bâtiment en 2009. Autre cheval de bataille : le gaspillage alimentaire. Pour éviter les nombreuses pertes, ils ont arrêté le buffet à volonté pour les loges premium.

Même son de cloche du côté de la Pologne où des mesures sont prises par les salles de concert pour optimiser l’utilisation de l’électricité et de l’eau dans un but écologique et économique. Quant au Royaume-Uni, le groupe ASM a même l’intention de recruter "un responsable du développement durable dont le seul rôle sera d’aider notre entreprise à atteindre nos objectifs de réduction de carbone et d’aider nos sites à être aussi verts que possible."

A ces préoccupations vient s’ajouter l’impact de la crise sur le consommateur et son comportement d’achat. Un dirigeant de l’O2 Arena en République tchèque constate : "La hausse globale des prix des services, de l’énergie, de la nourriture, etc. dans le pays a rendu l’achat de divertissements plus délicat et les gens plus exigeants quant au concert auquel assister".

Sur le même sujet

La Revue de presse : qui pour sauver les factures d’énergie ?

Info

Le prix des kots va-t-il exploser avec l’augmentation des prix de l’énergie ?

Régions Brabant wallon

Articles recommandés pour vous