Chronique cinéma

"Les Secrets de Dumbledore" dévoilés dans le troisième volet de la saga des Animaux Fantastiques

© Tous droits réservés

En ce premier mercredi des vacances de Pâques, Nicolas Buytaers nous invite au cinéma pour trois films qui sentent bon les vacances, avec notamment le très attendu troisième volet des Animaux fantastiques, intitulé Les secrets de Dumbledore.

Chronique cinéma

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Les Animaux fantastiques. Les secrets de Dumbledore

Dans l’univers du "Wizarding world", le monde magique tiré de l’imagination de J.K. Rowling, nous demandons la saga des Animaux fantastiques. Ce "spinoff" de la saga Harry Potter nous plonge dans l’univers des sorciers plusieurs décennies avant notre petit sorcier aux lunettes rondes et à la cicatrice en forme d’éclair.

Si dans le premier volet (2016), nous suivions le "magizoologiste" Norbert Dragonneau lors d’un séjour aux Etats-Unis, le second (2018) nous ramène à Londres et centre son intrigue sur l’ascension de Gellert Grindelwald, dangereux mage noir aux sombres projets.

Le troisième volet de cette saga, qui sort ce mercredi dans les salles, se centre résolument sur l’histoire et la rivalité entre Albus Dumbledore, professeur et futur directeur de Poudlard, et Gellert Grindewald, qui cherche à devenir le sorcier suprême et surtout à anéantir les Moldus, les non-mages, ceux qui, comme nous, n'ont aucun pouvoirs magiques.

Y arrivera-t-il ? C’est la question de cet épisode final où l’on se pose encore d’autres questions sur l’amour, les promesses à tenir ou non, le courage, avoir du cœur et se battre pour ses convictions. Le tout enrobé d’animaux fantastiques (de plus en plus délirants comme ce canard montgolfière) nés d’effets spéciaux intéressants.

L'avis de Nicolas : je trouve que cette saga n'apporte pas grand chose (les 8 premiers films se suffisent à eux-mêmes) quant à la découverte de nouveaux personnages ni aux rapports entre sorciers... Même si retrouver et visiter Poudlard autrement peut être sympa.

Loading...

Romy Schneider

Nicolas Buytaers vous emmène à Paris, à la Cinémathèque française où, jusqu’au 31 juillet, se tient une magnifique exposition sur Romy Schneider, à l’occasion des 40 ans de sa disparition. Elle avait 43 ans. Une expo-rétrospective à travers laquelle vous pourrez revivre et revoir les plus grands films de cette actrice incroyable, de cette artiste au talent fou, de cette femme à la sublimissime beauté et au charisme indéniable.

Sa vie personnelle a été tout aussi dramatique que ses films magnifiques. Des films comme "César et Rosalie", "L’important c’est d’aimer", "Max et les ferrailleurs" ou "Les choses de la vie"… 

Dans ce film de Claude Sautet, sorti en 1970, Pierre – joué par Michel Piccoli - est victime d’un accident de la route. Alors qu’il est plongé dans le coma, nous revivons avec lui les plus beaux moments de sa vie partagée entre ses deux amours, Catherine, son épouse, et puis surtout Hélène, sa maîtresse. Avec ce film et une Romy amoureuse et envoûtante, on n’a jamais aussi bien parlé du couple, de l’amour, des désirs et autres tiraillements provoqués par ces désirs aussi.

Devant la caméra de Sautet, le couple Schneider-Picolli brille, irradie. Quant à la musique de Philippe Sarde, elle ferait pleurer les moins sensibles d’entre nous. Tout cela est à (re) voir à la Cinémathèque française et/ou sur le site de vidéos à la demande, le site de partage des grands classiques du 7e Art, soit lacinetek.com.

Loading...

Sortie DVD de Matrix 4

"Matrix Ressurections" est disponible en support physique (mais aussi sur les sites de téléchargement légaux). C’est le quatrième épisode de la saga sortie 20 ans après sa première trilogie. Le "Ressurections" lu et vu dans le titre de ce " Matrix " est au pluriel.

C’est-à-dire qu’il y a plusieurs retours dans cette nouvelle histoire. Le retour de la Matrice, ce programme qui nous a coincés dans un monde virtuel alors que des machines nous élevaient comme source d’énergie, nous les humains. Le retour de Néo, le héros qui a détruit la Matrice dans le troisième épisode. Le retour d’une saga d’action/s et surtout de réflexion/s.

"Matrix" c’est du cinéma pop corn et philosophique. Cette saga est née avec internet et son explosion. Ultra-référencée, relecture 2.0 du classique "Alice au pays des merveilles", hyper complexe et dense, on y parle en vrac et dans le désordre d’identité, de religion, d’exploitation, de philo, de mathématiques, de littérature, de kung-fu et de drogue aussi un peu. Vous auriez pris laquelle, vous, la pilule bleue ou la rouge ?

Toujours emmené par Keanu Reeves et Carrie-Anne Moss, ce nouvel opus a surtout plu aux nostalgiques de la première heure. Mais cette suite, à la fois élégante et fort bavarde, pourrait aussi plaire à ceux qui aiment se prendre la tête avec des énigmes métaphysiques.

 

Loading...

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous