Jupiler Pro League

Les stats de Mazzu à Anderlecht… Comme un air d’Anthuenis en 1999

© Tous droits réservés

19 août 2022 à 13:33Temps de lecture2 min
Par Mathilde Mazy

Le début de saison d’Anderlecht est plutôt pas mal. Il faut le souligner, l’arrivée de Felice Mazzu semble amener un vent de fraîcheur chez les Mauves.

Sur 7 matchs joués, tous championnats confondus, on compte 6 victoires et 1 défaite et 16 goals marqués contre seulement 2 encaissés. Quand on regarde ces stats, personne n’a aussi bien commencé au RSCA depuis la saison 1999-2000 ! C’était alors Aimé Anthuenis qui avait pris les commandes pour trois ans.

À l’époque, la première défaite arrive au bout de la quinzième journée, face à Genk. Avant cela, les Mauves n’ont concédé que deux petits nuls depuis le lancement de saison et passent premiers du classement dès le cinquième week-end. Sur ces 15 premiers matchs sous les conseils d’Anthuenis, les Mauves comptaient 42 goals marqués contre 19 encaissés. Cette année-là, Anderlecht finit premier du classement avec 7 points d’avance sur le deuxième, le Club Brugge. L’exploit est répété en 2001.

20 ans après, une histoire qui se répète

Mazzu et Anthuenis font partie de ces entraîneurs (comme Johan Boskamp ou Hugo Broos) qui fonctionnent ailleurs et qu’Anderlecht va chercher lorsque la magie a des difficultés à opérer.

Avant de débarquer chez les Mauves, Aimé Anthuenis a filé un bon coup de main à Genk. Il a emmené le club limbourgeois au top du foot belge avec d’abord en retour en première division en 1996 ensuite une Coupe de Belgique en 1998 et finalement le titre de Champion de Belgique en 1999. Très intéressant donc comme bagage pour un Anderlecht qui remonte seulement un peu la pente grâce à Jean Dockx épaulé par Frankie Vercauteren. Après de solides négociations, Anthuenis quitte Genk pour Bruxelles, la suite de l’histoire, on la connaît.

Quand on voit l’expérience d’Aimé Anthuenis, on repère facilement ce qui a plu aux Mauves dans le parcours de Mazzu, plutôt similaire. Après avoir remonté brillamment l’Union Saint-Gilloise en première division en 2021, il remporte la phase classique du championnat et termine deuxième aux play-offs en 2022. Entraîneur de l’année, son efficacité, sa façon d’utiliser les éléments et d’analyser le jeu ont tapé dans l’œil de la direction anderlechtoise qui a, comme pour Anthuenis, dû batailler un peu pour attirer l’entraîneur. Au vu du début de saison, les Mauves ont certainement eu raison, comme pour Anthuenis, d’aller voir ailleurs.

 

Articles recommandés pour vous