RTBFPasser au contenu
Rechercher

Jupiler Pro League

Les supporters d’Anderlecht mitigés au sujet de Mazzu : "Il devra faire de très belles choses pour faire oublier Vincent"

Felice Mazzu est le nouveau coach du Sporting d’Anderlecht. Son passage de l’Union Saint-Gilloise à l’autre club bruxellois fait un peu grincer des dents. Parmi les supporters des Mauves, certains sont ravis alors que d’autres ne comprennent pas du tout ce choix. Christophe Reculez a recueilli un point de vue dans chaque "camp".

Georges, se réjouit de l’arrivée de Felice. Marc un peu moins. Mais finalement, ce qui les divise le plus, ce n'est pas la signature de Mazzu, mais le départ de Kompany. 

"L’Union perd un grand entraîneur"

© Tous droits réservés

"Je suis triste pour l’Union, ils perdent un grand entraîneur", commence Georges, "quelqu’un d’expérimenté, ce que nous n’avons pas depuis trois ans au Sporting. On a souvent confondu Kompany joueur, icône du club avec Kompany entraîneur, qui avait encore pas mal de choses à apprendre, et qui pensait maîtriser le métier d’entraîneur parce qu’il a été un grand joueur et qu’il a été entraîné par un très grand coach à Manchester City."

Un moment a interpellé Georges cette saison : "Quand je pense qu’on est ridiculisé quatre fois par l’Union, Mazzu nous donne une leçon tactique, et les supporters acclament Kompany après le dernier match. Je ne suis pas pour siffler les entraîneurs et je ne le fais pas, mais de là à l’applaudir après une quatrième défaite face au même club."

Georges n’étant pas le plus grand fan du profil de Vincent Kompany, il est heureux de l’arrivée de Mazzu : "L’arrivée de Mazzu me soulage. Et je ne comprends pas pourquoi il y a tant de problèmes à ce sujet sur les réseaux sociaux. Ce n’est pas parce que c’était un peu compliqué pour lui à Genk que ça ne marchera pas à Anderlecht. Je pense que si on avait eu Mazzu cette année, on aurait peut-être bien terminé deuxième."

Le supporter explique sa pensée : "On a un noyau qui n’est pas super fort en comparaison avec les années Vanden Stock, il fallait un entraîneur expérimenté, avec des plans B, le sens tactique, ce qui manquait avec Vincent."

La maîtrise de la langue néerlandais a peut-être aussi son importance dans les débats actuels selon Georges : "Quand il est arrivé à Genk, il n’était pas forcément prêt. Il y avait aussi le problème de la langue… J’espère me tromper, mais Anderlecht est quand même un club fort néerlandophone, et voir tout un staff francophone débarquer peut être que ça gêne un peu aux entournures."

Georges de conclure : "Je pense qu’il faut donner les clés de l’équipe à quelqu’un qui les mérite, et c’est son cas !"

"Je pense qu’il n’aura pas les épaules assez larges"

© Tous droits réservés

Contrairement à Georges, Marc est particulièrement déçu du départ de Vincent Kompany, et il émet quelques doutes concernant la capacité de Felice Mazzu à supporter la pression : "Mazzu est quand même pour moi un très bon entraîneur, mais supportera-t-il la pression d’un club comme Anderlecht ?"

En tant que légende du club comme joueur, Kompany avait automatiquement du crédit comme entraîneur pour Marc : "Vincent c’était quand même une icône du club, un ket de Neerpede. On ne lui a pas laissé assez de temps pour pouvoir concrétiser les rêves qu’il avait pour le club. […] Il a fait venir des joueurs, que je ne pense pas que Felice Mazzu parviendra à faire venir. Le projet avec les jeunes était vraiment super et je pense qu’on va un peu briser cette dynamique."

S’il n’est pas favorable à l’arrivée de Felice Mazzu, Marc temporise quelque peu : "Les réactions sont parfois un peu excessives. On n’a pas le choix, il est là, il faut accorder du crédit à monsieur Mazzu, le laisser faire son travail et peut-être que tout le monde sera content. Mais je pense que si les gens critiquent beaucoup ce choix c’est parce qu’une icône s’en va avec le départ de Kompany. C’est difficile à accepter par rapport à cela. […] Que cela soit Mazzu, Pierre, Paul ou Jacques, la réaction aurait été la même."

Les craintes de Marc concernent la compatibilité entre Mazzu et Anderlecht : "Il a quand même fait ses preuves à Charleroi et à l’Union. Il a eu une mauvaise expérience à Genk, il n’aurait pas bien supporté la pression, sans doute dans un mauvais contexte parce qu’il ne maîtrisait pas le Néerlandais, mais Anderlecht est quand même une entité en Belgique et je pense qu’il n’aura pas les épaules assez larges pour gérer tout ça : la gloriole, l’aura du club, un vestiaire avec des 'vedettes', le centre de formation… C’est ce qui me fait un petit peu peur. Il faut lui laisser le crédit et on verra, dans mon cœur de supporter j’espère que cela ira. Mais il devra faire de très belles choses pour faire oublier Vincent."

Felice Mazzù : Un nouveau défi à Anderlecht

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous