Regions Liège

Les travailleurs de la Fabrique Nationale veulent rencontrer l'administrateur délégué

Le personnel s'inquiète des heures sombres en perspective pour l'entreprise herstalienne

© Michel Gretry

10 sept. 2020 à 11:01 - mise à jour 10 sept. 2020 à 11:01Temps de lecture1 min
Par Michel Gretry

L’usine herstalienne connaît actuellement un gros retard de facturation par rapport à son plan d’affaires. Elle a vendu moins que prévu, malgré un plan de rattrapage, qui, au début de l’été, aurait dû se traduire par une hausse du volume d’heures supplémentaires, ce qui a tardé à se concrétiser. Le personnel est donc inquiet.

S’agit-il simplement d’une conséquence de la pandémie, qui a entravé des livraisons ? C’est apparemment le discours de la direction. Mais, à la suite d’un conseil d’entreprise, ce mardi, les délégués syndicaux ont convoqué des assemblées, ce jeudi. Ils évoquent des problèmes plus structurels, sur fond de contestations de diverses licences d’exportations d’armes, de désorganisation dans les ateliers, mais surtout d’absence de véritable stratégie industrielle. Ils ont été mandatés pour réclamer une rencontre avec l’administrateur-délégué. Les équipes de l’après-midi et de la nuit doivent encore se prononcer, mais dès à présent, il apparaît qu’il ne s’agit pas seulement d’une demande, mais plutôt d’une exigence, avec une date butoir : ils veulent des réponses à donner aux travailleurs pour la fin du mois de septembre au plus tard.

Ces tensions surviennent dans une période délicate: le conseil d'administration de la société, détenue par la région wallonne, doit être renouvelé à la mi-décembre. Renouvelé, ou remplacé ? C'est désormais la question….

 

Sur le même sujet

L’artillerie lourde est de sortie, entre syndiqués chrétiens, à la Fabrique Nationale

Regions Liège

Articles recommandés pour vous