RTBFPasser au contenu
Rechercher

Belgique

Les unités spéciales de la police fédérale : "Nous sommes présents sur toutes les interventions dangereuses"

Présentation des Unités Spéciales pour leurs 50 ans
16 févr. 2022 à 16:14 - mise à jour 16 févr. 2022 à 20:14Temps de lecture2 min
Par Melanie Joris du service judiciaire

Hier, un réseau de narcotrafiquants installé à Bruxelles et en région anversoise a été démantelé par la police judiciaire fédérale de Bruxelles. Au programme, une cinquantaine de perquisitions et 30 personnes arrêtées. Une mission menée avec l’appui des Unités Spéciales. Ses membres sont de plus en plus amenés à travailler sur ces dossiers drogue, des dossiers où le danger est bien présent.

Au sein des Unités Spéciales (DSU), plusieurs services peuvent être impliqués dans ces opérations liées à la drogue comme le service d’intervention bien sûr, mais aussi le service d’observation. Ice, dix ans d’expérience au sein de la DSU, fait partie du service d’observation. Il est aussi un des six négociateurs francophones du pays. Il remarque : "On a moins de dossiers liés à la grosse criminalité et de plus en plus de dossiers liés à la drogue et au trafic d’êtres humains".

Ice, négociateur à la DSU
Ice, négociateur à la DSU ©Melanie Joris

Dans les dossiers drogue, Ice fait principalement de l’observation. Un long travail de fourmi qui doit se faire en toute discrétion. "C’est complexe car nos cibles connaissent souvent nos procédures, elles savent comment on travaille. Donc on doit ruser. On travaille dans l’ombre", explique-t-il.

On suit une cible du matin au soir. On s’immisce dans sa vie

Très concrètement, ce travail d’observation ressemble parfois à ce qu’on peut voir dans les films, mais "de manière plus fine. On suit une cible du matin au soir. On s’immisce dans sa vie. On récolte des petites informations qu’on transmet aux enquêteurs et, petit à petit, on monte un dossier. Quand on met toutes les pièces ensemble, on parvient à démanteler une cellule".

Chien d’intervention des Unités spéciales
Chien d’intervention des Unités spéciales ©Melanie Joris

Ber, lui, est dans le service d’intervention, membre des Unités Spéciales depuis 25 ans. Il a déjà connu tous les types de missions : terrorisme, grande criminalité, drogue. "On intervient sur les dossiers avant qu’ils ne deviennent des problèmes pour la population. Notre but, c’est que la population puisse vivre normalement sans crainte du lendemain et, pour ça, on fait un travail de l’ombre".

Sur les dossiers drogue, la DSU est présente, comme hier matin, pour des perquisitions ou des arrestations. Ber résume : "Lorsqu’on est face à des personnes trop dangereuses pour les policiers normaux, c’est nous qui intervenons".

Les missions de la DSU sont donc dangereuses, mais le risque est maîtrisé. Quant à savoir si la violence s’est accentuée ces dernières années, les perceptions varient. Pour Ber, il n’y a pas plus de violence, mais "il y a plus de monde qui y a recours". Il ajoute : "Il y a peut-être aussi un accès plus facile à des moyens violents".

Pour Dominique, mémoire de la DSU, 44 ans de métier, la violence est plus présente aujourd’hui qu’au début de sa carrière. "Avant, il y avait encore un code d’honneur. Quand vous deviez arrêter un gangster notoire, s’il vous voyait, ça ne lui venait pas à l’idée de prendre son arme et d’essayer de tirer ou de vous tirer dans le dos. Actuellement, c’est tout à fait différent. C’est extrêmement violent".

Chez nous, le respect de la vie est primordial

Une philosophie reste, par contre, partagée par l’ensemble des membres des Unités Spéciales. L’usage de la violence se fait en ultime recours. Ber : "Chez nous, le primordial, c’est le respect de la vie. On doit très rarement tirer. Et on peut s’en enorgueillir". Même son de cloche chez Ice : "On utilise la force nécessaire. On n’est pas des cow-boys, on travaille de manière chirurgicale dans des situations compliquées".

Des hommes et des femmes qui partagent également une série de qualités comme la stabilité émotionnelle, le sang-froid, le courage et l’abnégation. Des qualités importantes au sein de ce service de la police fédérale qui fête ses 50 bougies cette année.

Écoutez le reportage diffusé le 16/02/2022

Les Unités Spéciales dans les opérations antidrogue

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Le commissaire général tire la sonnette d'alarme : "Soit il y a plus d'argent pour la police, soit nous supprimons des tâches"

Belgique

Enlisement des négociations sur la revalorisation salariale des policiers : plusieurs actions prévues, dans les aéroports notamment

Belgique

Articles recommandés pour vous