RTBFPasser au contenu
Rechercher

Les ventes de musique en hausse en Belgique, boostées par la popularité des vinyles

2021, une belle note pour les ventes de musique en Belgique. Photo d’illustration.
25 avr. 2022 à 17:06 - mise à jour 25 avr. 2022 à 17:38Temps de lecture3 min
Par Kamel Azzouz, Dominique Dussein, Michel Gassée

Après une longue période bien grippée par la crise sanitaire, le marché belge de la musique change de disque en 2021. Les ventes de musique ont augmenté de 16% en comparaison avec l’année 2020. Une croissance qui s’explique par une série de sorties, par l’assouplissement des mesures, et par un public belge qui redécouvre la musique sous toutes ses formes.

Le streaming donne de la voix

Depuis quelques années, le streaming est le principal moteur des ventes de musique en Belgique. Les plateformes comme Spotify, Deezer, Apple Music, YouTube Music, etc., représentent 75% des ventes en 2021 selon les chiffres de l’association belge de la musique enregistrée (BRMA). Avec un chiffre d’affaires de 68,27 millions d’euros, le streaming a donc augmenté de 17% par rapport à l’année précédente. De nombreux facteurs contribuent à la croissance du streaming. Le large choix d’artistes, de chansons et de playlists, la facilité d’utilisation, l’accessibilité et les différents services payants de streaming musical.

Patrick Guns, président de BRMA, nous souligne les raisons de cette envolée numérique : " De plus en plus d’amateurs de musiques et de fans trouvent le chemin vers leurs artistes préférés et l’immense offre musicale, car l’industrie de la musique a réussi, il y a plusieurs années, à rassembler toute son offre musicale dans un seul service de streaming. Une grande partie de cette croissance est également due aux amateurs de musiques belges, qui s’orientent de plus en plus facilement vers des services de streaming ". Après une année 2020 marquée par le covid, les artistes ont également poussé les chiffres à la hausse avec leurs nouvelles chansons. Notons que Adele est l’artiste qui a vendu le plus de disques en 2021 dans le monde. La chanteuse est suivie par la jeune Olivia Rodrigo, Justin Bieber et Ed Sheeran.

Le bon vieux vinyle fait tourner la tête des plus jeunes

Si la domination numérique se poursuit, les ventes physiques sont à la hausse pour la première fois depuis des années. Alors que le CD se stabilise après des années de chute, l’association belge de la musique enregistrée constate un incroyable retour en grâce des disques vinyles. Leurs ventes ont augmenté de 78% par rapport à 2020. Concrètement, il se vend quasiment aujourd’hui autant de 33 tours que de CD, soit un marché de 20 millions d’euros en Belgique en 2021.

Il y a bien évidemment un effet de rattrapage dans la mesure où les confinements en 2020 ont plongé les ventes de vinyles. Patrick Guns, président de BRMA, confirme cette tendance pour les années à venir : " Les ventes physiques ont augmenté en 2021, mais cela est principalement dû à la fermeture temporaire en 2020. Nous sommes convaincus que cette tendance se poursuivra dans les années à venir. "

"Et je remets le son !"

Si le vinyle retrouve son lustre d’antan, c’est en bonne partie grâce aux plus jeunes mélomanes qui redécouvrent les supports physiques prisés par leurs parents. Isabelle Morimont, disquaire à Namur, le constate chaque jour : "Auparavant, on voyait très peu de jeunes dans le magasin. Maintenant, on en a tous les jours qui viennent fouiller dans les bacs. Ils vont acheter autant du hip-hop, que du Nirvana, du Led Zeppelin. On les entend discuter et dire 'Ah, tu connais ça !'. En fait, il découvre un peu la musique des parents. Il n’achète pas spécialement une nouveauté. Mais plutôt les grands classiques".

Maxime, un client âgé de 18 ans, plonge dans les bacs comme dans le temps à la recherche de réminiscences enfantines : " Je veux me relancer dans mes vieux souvenirs d’enfance. Mon père m’a fait découvrir certains albums, notamment de The police. Du coup, j’avais envie de replonger là-dedans. Pourquoi en vinyle ? C’est pour le son. Il est différent que sur un téléphone ou que sur un appareil au format MP3. "

Même si les prix font tourner la tête, les jeunes achètent leur vinyle de hip-hop dès 16 ans. Il n’est pas rare de devoir payer de 30 à 40 euros pour un 33 tours, alors que le CD est à 10 euros. Conséquence de cette explosion du vinyle, les jeunes redécouvrent également le CD dont la chute semble pour le moment enrayée.

Sur le même sujet

Deezer, la plateforme française de streaming de musique, prévoit d'entrer à la Bourse de Paris "fin juillet"

Economie

Le streaming musical fait place à de plus en plus de concurrents

Culture web

Articles recommandés pour vous