RTBFPasser au contenu
Rechercher

Les vestiges d’un cimetière extraterrestre vieux de plusieurs milliards d’années enfouis sous nos pieds ?

30 mars 2021 à 04:01 - mise à jour 30 mars 2021 à 16:27Temps de lecture2 min
Par Sandro Faes

Cela pourrait être le scénario d’un film. Et pourtant, point de science-fiction à la "Invasion Los Angeles" de John Carpenter ici mais bien une réalité scientifique relatée par le prestigieux magazine Science. Depuis plusieurs décennies, deux étranges masses titanesques de plusieurs milliers de kilomètres profondément enfouies au cœur de notre planète Terre intriguent les géophysiciens du monde entier. Proches du noyau terrestre, plus denses et plus chaudes que les roches environnantes, ces superstructures à la composition inconnue seraient capables d’absorber et de ralentir les ondes sismiques ainsi que de perturber le champ magnétique terrestre.

Structure de la terre avec ses différentes couches et son noyau de fer en fusion.
Structure de la terre avec ses différentes couches et son noyau de fer en fusion. Getty Images/iStockphoto

2900 kilomètres sous terre

Baptisées superpanaches, cryptocontinents ou encore LLSVP (pour Large Low Shear Velocity Provinces), ces masses à l’origine inconnue, sont respectivement enfouies sous l’Afrique et l’Océan Pacifique, à environ 2900 kilomètres dans les tréfonds de la Terre, une distance beaucoup trop importante pour pouvoir les atteindre et percer leurs secrets. Qu’à cela ne tienne, lors de la très sérieuse 52e Conférence sur les sciences lunaires et planétaires qui s’est tenue à Houston il y a quelques jours, une équipe de chercheurs de l’Arizona State University a présenté un modèle susceptible d’expliquer l’origine de ces étranges superstructures.


►►► A lire aussi : Une poubelle géante de 2,9 tonnes, remplie de "piles usagées", larguée dans l’espace par l’ISS


 

Un exemple protoplanétaire où un "coeur", une étoile, est entouré d'un disque constitué de gaz et de poussières à partir duquel se forment les corps (planètes, planètes naines, petits corps et leurs satellites).
Un exemple protoplanétaire où un "coeur", une étoile, est entouré d'un disque constitué de gaz et de poussières à partir duquel se forment les corps (planètes, planètes naines, petits corps et leurs satellites). NASA

Un cataclysme vieux de 4,5 milliards d’années

S’il ne fait aucun doute que ces masses sont présentes au cœur de la Terre depuis très longtemps, Qian Yuan et ses collègues ont émis l’hypothèse qu’elles seraient les vestiges de Théia, une protoplanète extraterrestre (embryon de planète formé de divers corps célestes attirés entre eux) de la taille de Mars entrée en collision avec la Terre il y a 4,5 milliards d’années. Un impact cataclysmique qui aurait donné naissance à la Lune et au cours duquel Théia aurait pu faire pénétrer une grande quantité de roches denses au plus profond de la Terre.

 

Schéma de la naissance de la Lune.
Schéma de la naissance de la Lune. © Tous droits réservés
 

Le modèle suggère en effet qu’après la collision, le noyau de Théia aurait rapidement fusionné avec celui de la Terre. Quant au manteau de la protoplanète, il aurait survécu et aurait fini sous forme "d’éclats" incrustés dans le manteau de la Terre, moins dense. Eclats dont les plus importants seraient les deux crypto-continents. 


►►► A lire aussi : Une expérience bouscule le modèle standard de la physique des particules
Le graphique expliquant la formation des superstructures enfouies dans les tréfonds de la Terre à partir d’une collision avec la protoplanète Théia il y a plus de 4 milliards d’années.
Le graphique expliquant la formation des superstructures enfouies dans les tréfonds de la Terre à partir d’une collision avec la protoplanète Théia il y a plus de 4 milliards d’années. Q.Yuan /Arizona State University

D’autres planètes miniatures

Une hypothèse renforcée par l’analyse des roches ramenées lors des diverses missions Apollo de la NASA. Celles-ci renfermaient beaucoup d’hydrogène léger, très peu présent dans les roches terrestres. Or cela n’est possible que si Théia était effectivement très massive, tout comme… les superstructures. Les futures missions lunaires de la NASA et de la Chine devraient d’ailleurs récolter des échantillons afin de valider cette hypothèse.

Loading...

S’il s’agit effectivement des restes de Théia, l’impacteur géant, les autres petites poches de matière ultra-dense détectées au fil des années par les scientifiques pourraient s’avérer être des noyaux riches en fer d’autres planètes miniatures ayant également frappé la Terre primitive, faisant du sol sous nos pieds, un cimetière extraterrestre dont les deux cryptocontinents seraient les deux plus grandes tombes.

Loading...