Voyages

Les voitures de plus en plus connectées, de plus en plus piratées

Les voitures de plus en plus connectées, de plus en plus piratées.

© metamorworks - Getty Images/iStockphoto

11 janv. 2020 à 07:00Temps de lecture2 min
Par RTBF TENDANCE avec AFP

775 millions de voitures connectées en 2023

Les voitures comportent des dizaines de processeurs et de plus en plus d'applications sur l'ordinateur de bord. Elles communiquent avec des serveurs (cloud) et bientôt avec les autres véhicules alentour. 

Autant de passerelles dont des hackers peuvent se servir, à distance, pour dérober des données ou activer et désactiver les commandes.

D'ici 2023, 775 millions de véhicules privés seront connectés, contre 330 millions en 2018, d'après un rapport de Juniper Research.

Piratages groupés à distance

En 2019, la société israélienne Upstream a recensé plus de 150 incidents connus de cybersécurité automobile, deux fois plus qu'en 2018. Selon la start-up, plus de la moitié ont été causés par des hackers dits "malveillants", par opposition aux "white hackers" ("pirates blancs"), qui cherchent les failles à des fins scientifiques ou pour le compte des entreprises. 

La majorité des piratages concernent le verrouillage à distance des voitures. Mais un nombre croissant cible aussi les connexions aux serveurs (le cloud) ou aux applications mobiles. 

"Une fois qu'on a trouvé une faille sur une voiture, on peut l'appliquer à tous les exemplaires du même modèle", abonde Ralph Echemendia, expert en cybersécurité et "hacker éthique".

Du piratage ultra ciblé aux attaques de flottes entières, "si vous pouvez concevoir une attaque et l'exécuter sur un ordinateur, et que cet ordinateur est attaché à une voiture, tout est possible... ".

La riposte des constructeurs

La plupart des constructeurs automobiles ont réagi, en offrant des récompenses substantielles aux hackers "blancs" et en payant des partenaires pour protéger tous les maillons de la chaîne. La société Ypstream récupère les données des véhicules connectés pour détecter des anomalies en temps réel, et indiquer si des voitures ont été piratées dans le passé ou si elles vont l'être à l'avenir.

Les ingénieurs de GuardKnox s'inspirent, eux, de leur expérience dans l'armée de l'air israélienne.

Ils ont conçu un processeur qui protège tous les autres ordinateurs du véhicule et sert aussi de système d'exploitation sécurisé.

"Quand vous achetez un smartphone, vous le personnalisez. C'est la direction que prennent les automobiles. (...) Les conducteurs vont devenir des abonnés à une plateforme d'applications", détaille Moshe Shlisel.

Aucun système ne peut garantir une protection à 100% et l'autonomie annoncée des véhicules devrait accroître leur vulnérabilité. Le jeu du chat et de la souris risque donc d'être sans issue, comme dans l'informatique traditionnelle.

Sur le même sujet

Les villes cherchent des solutions pour garer leurs voitures

Voyages

Mobilités du futur: les chevauchées fantastiques promises au show de la tech

Voyages

Articles recommandés pour vous