Chronique littérature

"L’espion qui aimait les livres", un audacieux roman d’espionnage du maître du genre, une méditation sur les héritages politiques et familiaux

© Photo (c) Terry Fincher / Express / Getty Images

Roman posthume de John Le Carré, "L’espion qui aimait les livres" est un audacieux roman d’espionnage et une méditation sur les héritages politiques et familiaux.

C’est l’univers du maître du roman d’espionnage, John Le Carré, que Sophie Creuz nous propose de retrouver avec le roman posthume "L’espion qui aimait les livres". Un roman que l’ancien espion de sa Majesté avait peut-être jugé trop critique, envers ses anciens patrons de l’espionnage, pour le publier de son vivant. Mais comme nous l’apprend une postface rédigée par un de ses fils, lui aussi écrivain, il ne souhaitait pas que ce roman reste dans un tiroir.

John Le Carré, c’est l’auteur du bestseller "L’Espion qui venait du froid". Lui-même fut recruté à l’université et exerça brièvement pendant la Guerre froide, avant d’être démasqué par un agent double qui causa la mort de nombreux étrangers, travaillant pour les services britanniques. Ses derniers romans sont revenus sur ce cas de conscience, en particulier dans "L’héritage des espions".

Et cet "Espion qui aimait les livres" rouvre, lui aussi, l’ancien dossier d’un agent dormant qui semble avoir oublié d’être un fonctionnaire froid, sans état d’âme, insensible aux dégâts collatéraux et surtout humains, des opérations de géopolitique.

Jadis, les services secrets bricolaient sans doute, mais avaient à leur tête des gens cultivés, idéalistes parfois. Aujourd’hui "le cirque" comme l’appelle John Le Carré, est dirigé par des quadragénaires surdiplômés, arrogants, grossiers, et pressés qui traitent les cas difficiles derrière un écran.

Or, l’espion dont il est question ici aime les livres. Et contrairement aux rapports et aux tweets, il trouve dans la littérature toute la complexité humaine. Il vénère l’œuvre de W.E. Sebald, un auteur bavarois né en 1944, exilé en Angleterre où il fut professeur. Car notre espion sait combien les loyautés familiales sont parfois difficiles à porter quand elles chevauchent des héritages politiques lourds et des indignités historiques.

Ce que nous lisons ici n’est donc pas une simple enquête des services secrets sur un des leurs, mais le portait sensible d’un fonctionnaire britannique sincère, qui se demande si les intérêts financiers et les accointances entre le Renseignement et la politique politicienne à court terme, ajoutés à l’impréparation et au manque de culture et de grandeur de l’establishment de son pays, valaient la peine de mettre des vies en danger.

John le Carré est décédé en 2020 à 89 ans mais il avait toute sa tête, son cœur et sa verve. Chez lui – et c’est ce qui en a fait un grand auteur – le roman d’espionnage se double, vous l’avez compris, d’une médiation sur l’amour, sur la parentalité, sur la construction de soi, sur le mensonge, sur l’amitié, mais aussi en arrière-fond sur le délabrement du service public, le dévouement des petits salariés, souvent émigrés, plus utiles à la Nation et à sa population que ne le prétend Downing Street.

Sous des dialogues piquants, des portraits brossés avec fougue, les secrets sont révélés avec doigté et délicatesse.

John Le Carré fait l’éloge de tout ce en quoi il croyait, et auquel son personnage croit aussi, et prend à sa charge, pour réparer comme il peut, à son niveau, les conséquences de la stratégie britannique au Moyen-Orient, en Irak plus précisément.

Bien que le roman se passe en bord de mer, dans le Norfolk, où un ancien trader de la City, écœuré par son métier – après y avoir fait fortune – ouvre une minuscule librairie, sans y connaître rien, et voit entrer un vieux monsieur d’une rare courtoisie – notre vieil espion – qui lui propose son aide pour en faire le sanctuaire du nectar de la littérature mondiale. Est-ce une couverture ou une passion dénuée de tout autre intérêt, on vous laisse le découvrir.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous