RTBFPasser au contenu
Rechercher

L’Europe rejette le projet de concentration de deux constructeurs navals sud-coréens

Un chantier naval de Daewoo Shipbuilding à Busan, en Corée du Sud

La Commission européenne a décidé jeudi d’interdire l’acquisition de Daewoo Shipbuilding & Marine Engineering CO., Ltd (DSME) par Hyundai Heavy Industries Holdings (HHIH), deux "entreprises navales globales" du top mondial, a souligné face aux journalistes la commissaire à la Concurrence Margrethe Vestager.

Une concentration entre les deux constructeurs navals sud-coréens aurait créé une position par trop dominante et néfaste pour la concurrence sur le marché mondial de la construction de grands transporteurs de gaz naturel liquéfié (GNL), justifie l’exécutif européen. Les deux entreprises sont deux des trois plus grands acteurs sur ce marché, note la Commission.

Or, ces navires très sophistiqués sont essentiels pour l’approvisionnement en GNL, et les clients européens en dépendent. Ces derniers représentaient ces dernières années près de la moitié des commandes mondiales de navires transporteurs de GNL, selon la Commission.

Le projet d’union avait été notifié en novembre 2019 à la Commission européenne, qui avait ouvert une enquête approfondie dès le mois suivant.

Gardienne de la concurrence dans l’Union européenne, la Commission craint que les armateurs européens n’aient pas un pouvoir de négociation suffisant. Ils "se seraient retrouvés avec bien peu d’alternatives puisque seule une poignée de concurrents auraient survécu", a dit Margrethe Vestager. Au final, cette réduction du choix aurait conduit "à une hausse des prix pour les clients de l’UE et, en fin de compte, pour les consommateurs d’énergie", fait valoir l’exécutif européen. Cette crainte n’est pas négligeable dans le contexte actuel d’envolée des prix de l’énergie.

Sur le même sujet

L'UE ouvre une enquête approfondie sur le rachat de Kustomer par Facebook afin de protéger la concurrence

Articles recommandés pour vous