Belgique

L’hydrogène, graal de la transition énergétique ?

Déclic - Le Tournant

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Dans l’épisode de "Déclic – Le Tournant" de cette semaine, nous explorons les enjeux liés au développement de la filière hydrogène et en particulier, de l’hydrogène vert. Présentée comme pierre angulaire de l’avenir économique de l’Union Européenne par Ursula Von der Leyen elle-même, où en est aujourd’hui la production d’hydrogène ? Est-ce une alternative crédible aux carburants fossiles ?

C’est quoi l’hydrogène ?

Commençons par les bases. L'hydrogène, c’est l’un des éléments chimiques les plus présents dans notre univers. Le fameux "H" du tableau de Mendeleïev. Il est aussi très présent sur terre mais très rarement à l’état pur, c’est-à-dire sous forme d’une molécule de dihydrogène "H2".

Pour synthétiser de l’hydrogène, il faut donc casser des molécules qui en contiennent : de l’eau, des végétaux ou encore des ressources fossiles. Ce sont d’ailleurs les ressources fossiles qui sont les plus utilisées aujourd’hui pour synthétiser de l’hydrogène. Aurore Richel, professeure de Chimie à l’Uliège explique que "l’hydrogène que nous consommons aujourd’hui – principalement dans l’industrie – provient à 70% de Gaz Naturel et à 20% de Charbon… avec un inconvénient majeur : produire l’hydrogène comme cela génère des centaines de millions de tonnes de CO2 dans l’atmosphère".

Et l’hydrogène vert alors ?

L’hydrogène vert, lui, est synthétisé au départ d’eau. Il s’agit de casser les molécules d’H20 en dihydrogène d’un côté en oxygène de l’autre… sans émission de CO2 donc. Le problème c’est que pour réaliser cette réaction chimique on a besoin de beaucoup d’électricité. "Pour donner un ordre de grandeur, nous dit Francesco Contino (professeur à l’UCLouvain et spécialiste de la transition énergétique) on peut parler d’un rendement de 70%. Il faut 100 unité d’énergie électrique pour produire 70 unités d’énergie hydrogène ".

L’idée est donc, pour avoir un carburant propre et produit proprement… de synthétiser cet hydrogène vert uniquement via des ressources renouvelables, principalement l’éolien et le photovoltaïque.

ET là, on en est où ?

En Europe, nous ne sommes pas encore beaucoup plus loin que le stade expérimental. La commission européenne entend doper le processus et vient d’annoncer son intention de mettre sur pied une "banque de l’hydrogène" pour doper la filière au niveau industriel.

En Belgique, un groupe à quelques longueurs d’avance en la matière : le liegeois John Cockerill qui se lance dans la fabrication d’électrolyseurs industriels, à destination de l’Europe. Ces Electrolyseurs, en forme de méga-cylindres métalliques de plusieurs dizaines de tonnes, serviront à séparer l’hydrogène de l’oxygène dans de futures usines à hydrogène installées près de champs d’éoliennes ou de panneaux photovoltaïques. Mais aujourd’hui ces projets, en Europe, sont toujours dans les cartons.

Pour en savoir plus sur l’hydrogène, ses propriétés, son rôle – central ou secondaire ? – dans notre transition énergétique… prenez le temps d’écouter les 40 minutes de " Déclic – Le Tournant " votre podcast consacré aux grandes questions de sociétés sur les tournants qui se profilent devant nous.

Sur le même sujet

Feu vert du fédéral à un cadre réglementaire pour un réseau de transport d'hydrogène

Politique

Energie : Alexander De Croo lance, à Anvers, la stratégie fédérale en matière d'hydrogène

Energie

Articles recommandés pour vous