RTBFPasser au contenu
Rechercher

La Grande Forme

L’hypersensibilité au bruit révèle-t-elle quelque chose de notre personnalité ?

L’hypersensibilité au lit
05 févr. 2022 à 16:00Temps de lecture4 min
Par Daphné Fanon

Certaines personnes sont plus sensibles que d’autres à différents bruits : aigus, sourds ou répétitifs. Pour eux, ils sont même presque insupportables. Cela révèle-t-il quelque chose de leur personnalité ? Ou est-ce une particularité neurologique indépendante de qui ils sont ? Les explications du Dr Caroline, psychiatre et médecin référente de "La Grande Forme."

L’hyperacousie, c’est quoi ?

L’hyperacousie est une sensation d’intolérance aux sons ou à des bruits présentés à un volume pourtant jugé tolérable par l’entourage. Une personne souffrant d’hyperacousie perçoit un son plus fort qu’en réalité ; la personne peut avoir l’impression qu’elle "entend trop" les sons quotidiens. Par exemple, une personne hyperacousique supporte moins bien des sons comme : le bruit de vaisselle, la foule, le rire, une sonnerie du téléphone, des cris d’enfants ou même un aspirateur.
Alors qu’une personne "normale" atteint son seuil de tolérance à 120 décibels, les personnes hyperacousiques souffrent à 80 voire à 60 décibels, soit l’intensité d’une conversation normale. En revanche, l’audition d’une personne souffrant d’hyperacousie n’est pas supérieure à la normale.

A quoi serait-ce dû?

Les causes de l’hyperacousie sont variables. Elles vont du traumatisme acoustique, au stress, en passant par le traumatisme crânien, les acouphènes, les migraines ou encore la dépression. Parfois, il n’y a juste pas de cause définie, on parle alors "d’hyperacousie idiopathique."

L’hypersensibilité au bruit révèle-t-elle quelque chose de notre personnalité ?

La Grande Forme

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Dans le cerveau, on ne sait pas encore très bien ce qu'il se passe. L’hypersensibilité au bruit serait causée, soit par un problème d’oreille interne (traumatisée), soit par une hyperréactivité du cerveau et des voies auditives. C’est comme si le cerveau se sentait mis en danger par les bruits, se met dans un état d’hypervigilance et réagit fortement au moindre son.
En réalité, 8% de la population souffrirait d’hyperacousie, par exemple, des jeunes ayant traumatisé leurs oreilles dans des concerts, ou en écoutant de la musique avec des écouteurs sur les oreilles pendant de longues périodes. Mais également, des personnes qui travaillent dans le bruit.  Les bruits de machines (scie circulaire pendant des travaux de bricolage, perceuse, alarmes), sont le plus souvent à l’origine de ce dérèglement du système auditif. L’alcool, le tabac ou encore le cannabis fragilisent également les cellules nerveuses auditives et pourraient donc rendre plus vulnérable à l’hyperacousie.

Quelles sont les conséquences de ce trouble ?

Les conséquences pour la personne peuvent être nombreuses et invalidantes si cette hyperacousie est intense :
  • Fatigue et troubles du sommeil (hypersensibilité aux bruits des voisins le soir et la nuit) ;
  • Irritabilité ;
  • Evitement social d’activités bruyantes (cinéma, fêtes, soirées dansantes) ;
  • Tensions et conflits au travail ou dans la famille ;
  • Isolement et dépression.
Heureusement, pour la plupart des hypersensibles, l’intensité ne prend pas ces proportions majeures. Cela ne les empêche donc pas de vivre ou de s’intégrer. Cela peut toutefois modifier la perception que l’on a d’eux.
 
Cette hypersensibilité pourra rendre la personne qui en est atteinte occasionnellement sèche, cassante, irritable voire agressive.
 
Les personnes hyperacousiques tentent de se protéger. Elles auront donc tendance à éviter les situations à forte intensité sonore et pourront grimacer si le son entendu est douloureux pour elles. Cette hypersensibilité pourra rendre la personne qui en est atteinte occasionnellement sèche, cassante, irritable voire agressive. Cette mise à distance est un mécanisme de protection et de défense face à la douleur ou à la gêne physique ressentie. Si quelqu’un vous dit qu’il est hypersensible au bruit, il est donc important de considérer ses comportements avec l’éclairage de cette donnée.

Solutions pour traiter l’hyperacousie ?

  • La désensibilisation progressive

Elle rend le système auditif plus tolérant aux bruits environnants. Le concept de la rééducation auditive est de réhabituer l’oreille au bruit et aux sons jouant sur les différentes fréquences sonores (y compris celles provoquant une gêne ou une douleur), de façon progressive en termes d’intensité et de durée.

  • Évitez la surprotection auditive

A force de s’isoler dans des endroits silencieux, l’appareil auditif devient de moins en moins tolérant au moindre bruit.

  • Port d’appareils auditifs générateurs de bruits continus, également utilisés pour le traitement des acouphènes
Le son est continu, à l’intérieur même des oreilles, et peut être augmenté progressivement et précisément. Le son ajouté enrichit l’environnement sonore et aide donc les oreilles à réinitialiser leur sensibilité.
  • Relaxation et respiration

L’idée est de vous permettre de gérer votre anxiété grâce à des techniques de respiration, de décontraction musculaire et d’imagerie mentale. Cela permet au cerveau d’adapter et de corriger lui-même le réglage de perception des sons.

  • Ostéopathie cranio-sacrée.

L’ostéopathe veillera à débloquer toutes tensions éventuelles d’origines cervicales ou crâniennes.

Retrouvez "La Grande Forme" en direct du lundi au vendredi de 13h à 14h30 sur VivaCité. Vous avez manqué l’émission ? Nous vous invitons à la revoir sur Auvio ainsi que sur différentes plateformes de Podcast telles que : Pocket Casts, Podcast addict, Google Podcast ou encore Apple Podcast
Loading...

Sur le même sujet

Le burn-out : quels sont les signes précurseurs et peut-on s’en remettre sans changer d’environnement ?

La Grande Forme

"Le compli-merde" : quand une remarque a priori gentille s’avère blessante

La Grande Forme

Articles recommandés pour vous