Regions Liège

Liège : des pains suspendus pour les personnes précarisées à "L'Amicale des boulangers"

A côté de la caisse, la boîte destinée à recueillir l'argent pour les pains suspendus

© RTBF - Martial Giot

12 avr. 2021 à 07:04Temps de lecture2 min
Par Martial Giot

Le principe du café suspendu peut s’appliquer à bien d’autres choses, au pain par exemple.

Le café suspendu est une tradition solidaire venue de Naples : un client paye deux cafés, il en boit un et l’autre sera offert à un client démuni.
Selon le même principe sont apparus des sandwiches, des frites, des pizzas, des repas suspendus, mais aussi, par exemple, des pains.

Dans le quartier nord de Liège, la boulangerie "L’Amicale des boulangers" propose ainsi depuis quelques mois des pains suspendus en collaboration avec l’association d’aide aux personnes précarisées "Sortir du bois".

Quelques pièces ça fait un pain

Dans la boulangerie, à côté de la caisse, une boîte, une sorte de tirelire… "C’est clair, "Pains suspendus, Sortir du bois", les gens comprennent.", explique Marianne Fagnoul, "Ils peuvent mettre le prix d’un pain entier mais ils peuvent mettre aussi juste une pièce, et quelques pièces ça fait un pain. On peut donner de l’argent à la boulangerie mais on peut aussi à "Sortir du bois" directement. Les personnes bénéficient de cartes et peuvent venir chercher le pain qu’elles veulent dans notre rayon."

"Au début, on donnait nos invendus à "Sortir du bois".", poursuit Marianne Fagnoul, "C’était très difficile à gérer, parce que s’ils se retrouvaient avec plein d’invendus, le pain c’est périssable quand même et les bénéficiaires n’ont pas de congélateurs dans leurs tentes. Donc, au fur et à mesure, ce système s’est mis sur pied".

Mieux considérés

Les bénéficiaires viennent donc à la boulangerie et choisissent le pain qu’ils veulent. "Les premières fois qu’ils viennent, ils sont un peu mal à l’aise mais pour nous ça ne fait pas de différence entre un client de "Sortir du bois" ou un client normal et donc finalement ça se passe très bien. Je crois qu’ils sont contents de venir et de pouvoir choisir. Je crois qu’ils se sentent mieux considérés que si on leur donne un pain qui n’est pas spécialement le pain qu’ils auraient choisi.", relève Marianne Fagnoul. A propos des clients qui donnent, elle constate : "Moi, ça m’a toujours étonnée, il y a quand même beaucoup de gens qui donnent, que ce soit le fond de leur monnaie ou qui demandent, même au bancontact, de payer un pain en plus et de le mettre dans la caisse. La précarité est tout autour de nous, donc on comprend bien qu’il y a plein de gens qui ont faim et qui aimeraient bien avoir des aliments de qualité.".

Valeri est un des bénéficiaires des pains suspendus : ""Sortir du bois" m’a donné un bon qui peut me permettre de prendre un pain quotidiennement et gratuit ! Je suis vraiment content. Deux fois par semaine, je viens.". Sans cela, acheter un pain serait compliqué pour lui : "C’est vraiment compliqué, surtout un pain de vraiment bonne qualité, ça, je ne pourrais pas acheter. Ici, ils me donnent le moyen de choisir, ils ne regardent pas le prix, tu choisis ce que tu veux. Ce qu’ils font pour nous, c’est énorme.".

Articles recommandés pour vous