RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Liège

Liège: des patients "coronavirus" retrouvent leur souffle grâce à la médecine sportive

Des patients guéris du  Covid-19 retrouvent leur souffle grâce à l'aide de la médecine sportive de la Province de Liège
24 août 2020 à 05:01 - mise à jour 24 août 2020 à 05:01Temps de lecture2 min
Par Erik Dagonnier

Retrouver son souffle et son autonomie après être passé aux soins intensifs, c'est l'objectif d'un programme proposé à une trentaine de patients guéris du Covid-19.

Le service de médecine du sport de la Province de Liège, avec le CHU, étudie les capacités cardio-pulmonaires et musculaires des patients après leur sortie de l'hôpital. Ils passent des tests comparables à ceux des athlètes de haut niveau.

Un programme de remise en forme pour retrouver son souffle et son autonomie

Malade du Covid, Jocelyne a vécu pratiquement trois semaines de coma artificiel. Cette femme dynamique de 61 ans travaille dans la logistique. Le docteur Maurice Joris, lui, est médecin du sport. Il est plus habitué à suivre l'équipe belge de tennis pour la coupe Davis. Mais aujourd'hui, sur le vélo, ce ne sont pas les capacités physiques d'un champion sportif qu'il va mesurer, mais bien celles de Jocelyne.


►►► Notre dossier sur le coronavirus


 

Des tests comparables à ceux des athlètes de haut niveau

Les tests sont comparables à ceux des athlètes de haut niveau.
Les tests sont comparables à ceux des athlètes de haut niveau. RTBF - Erik Dagonnier

"On utilise ici un protocole qu'on utilise régulièrement chez les athlètes de haut niveau, mais à un niveau dix fois plus bas" explique le docteur Maurice Joris. "Les athlètes de haut niveau que nous voyons ici ont des consommations maximales en oxygène qui se situent souvent entre 50 et 60 millilitres d'oxygène par minute et par kilo. Ici, si on a 12 millilitres d'oxygène par minute et par kilo, on est content".

J'ai perdu 75% de masse musculaire et 12 kilos

Car Jocelyne a quand même passé trois semaines en réanimation, après avoir été testée positive au coronavirus: "On a détecté que j'étais positive au Covid, on m'a plongée dans le coma artificiel, puis j'ai été réveillée, et là, on m'a envoyée en revalidation intensive parce que j'avais perdu 75% de masse musculaire et 12-13 kilos" explique-t-elle.

Je suis plus fatigable, j'ai perdu de la force

"Maintenant, je suis beaucoup plus fatigable, j'ai perdu de la force, j'ai des difficultés à la marche" confie la patiente. "C'est seulement depuis deux ou trois semaines que je me passe de béquilles pour marcher. J'ai des douleurs nocturnes, des crampes, des tiraillements. Avant, je faisais de l'aquagym, de la course à pied, beaucoup de marche. Aujourd'hui, j'essaye de retrouver le souffle et tout ce qui va avec. La marche, pour le moment, c'est possible, mais sur des petites distances, en m'arrêtant après quelques centaines de mètres, et en prenant deux ou trois minutes de pause avant de pouvoir redémarrer".

Des exercices adaptés

Une fois les tests physiques terminés, les patients reçoivent une ordonnance avec des exercices à faire: "On leur donne comme outils des fréquences cardiaques, des allures à respecter et des temps d'exécution à respecter" explique le docteur Maurice Joris. "C'est comme un sportif qui s'entraine pour un marathon. Chez eux, ça va être la même chose, sauf que ça va être basé sur une marche ou sur une pratique de vélo très paisible".

Aller trop vite: "Un piège"

Toutefois, certains patients ont tendance à reprendre leur rythme habituel trop vite. Ce qui est risqué, selon le médecin: "C'est une chose qui est nette: d'après les tests, tous les patients sont quand même diminués. Alors vous avez certaines personnes qui, de caractère, vont fuir dans le travail, mais attention, ils fuient dans le travail avec une capacité d'adaptation nettement diminuée. Ça veut dire qu'un jour, il y aura un retour de boomerang et ils pourront tout à fait craquer physiquement. C'est un piège dans lequel on ne doit pas tomber", conclut le docteur Maurice Joris.

Les capacités cardio-pulmonaires et musculaires de la trentaine de ces patients guéris du Covid-19 seront mesurées une seconde fois un après leur hospitalisation. 

Articles recommandés pour vous