Regions Liège

Liège: le terroriste Lotfi Aoumeur condamné à 15 ans de prison

Lotfi Aoumeur - image extraite d'une vidéo de propagande

© Tous droits réservés

04 juin 2021 à 09:17Temps de lecture2 min
Par Belga

Le tribunal correctionnel de Liège a condamné vendredi Lotfi Aoumeur, un terroriste verviétois qui avait proféré des menaces contre la Belgique et la France en février 2015, à une peine de 15 ans d'emprisonnement et à une amende de 8.000 euros. Son frère, qui lui avait apporté une aide, a écopé de 15 mois de prison avec sursis probatoire et d'une amende de 8.000 euros avec sursis.

Lotfi Aoumeur avait proféré des menaces contre la Belgique et la France en février 2015. L'homme est présumé mort mais son décès n'a pas été officiellement confirmé. A l'âge de 26 ans, il avait commis un attentat-suicide le 9 août 2016 près de Mossoul, en Irak. Quatre terroristes, dont lui, avaient déclenché leur ceinture d'explosifs après s'être mêlés à des soldats irakiens à Qayyara, à une cinquantaine de kilomètres au sud de Mossoul.

L'intéressé a été identifié comme un des quatre assaillants. Il avait comme nom de combattant Abu Anwar al-Belgiki. Le parquet fédéral avait pris connaissance de l'information de sa mort mais, officiellement, ce décès n'a pas été confirmé.

Lotfi Aoumeur était poursuivi en qualité de dirigeant, pour avoir tenu un rôle central dans une organisation terroriste. Il répondait aussi de provocation publique à commettre un attentat et de recrutement.

Son frère avait comparu en personne devant le tribunal. Il répondait, pour sa part, de faits de participation aux activités d'un groupe terroriste. Il était suspecté d'avoir aidé son frère dans sa dérive sectaire, en lui créant notamment un compte Facebook pour rester en contact avec lui, d'avoir manqué de franchise lors de l'enquête relative à son frère et d'avoir manifesté un comportement ambivalent. 

Cet homme, qui effectue des études de pilote de ligne, avait réaffirmé ne partager aucune des convictions de son frère et avait précisé en subir les lourdes conséquences. Le tribunal a souligné, dans son jugement, qu'il avait bien posé des actes matériels de participation à un groupe terroriste en fournissant des aides consenties et bien précises.

Le prévenu avait notamment dissimulé le départ de son frère vers la Syrie, aidé sa femme et son enfant à le rejoindre sur zone à l'été 2014 et créé en juillet 2015 un profil Facebook utilisé pour le recrutement de jeunes musulmanes en vue de rejoindre la Syrie, alors que Lotfi Aoumeur était déjà devenu le porte-parole de l'organisation terroriste.

Le tribunal a souligné aussi que le frère de Lotfi Aoumeur l'a aidé en pleine connaissance de cause et qu'il ne pouvait ignorer qu'il participait à un groupe terroriste. Lors de sa comparution devant le tribunal, il continuait à banaliser les faits et à soutenir que son frère n'était pas radicalisé avant son départ pour la Syrie.

Sur le même sujet...

Archive : JT du 03/10/2019

Terrorisme : la police dénonce le manque de moyens

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous