Liège: un film documentaire sur la commune socialiste de Saint-Nicolas

Liège: un film documentaire sur la commune socialiste de Saint-Nicolas

© DR

02 oct. 2020 à 13:38Temps de lecture2 min
Par RTBF

"Saint-Nicolas est socialiste", c'est le titre du nouveau film de David Leloup, journaliste d'investigation bien connu pour le dossier Nethys, entre autres.

Après un premier documentaire sur le monde de la finance, "A Leak in Paradise", le journaliste s'est donc penché sur la commune de Saint-Nicolas, une commune socialiste depuis plus d'un siècle.

La commune de Saint-Nicolas, "un choix fortuit"

David Leloup était l'invité de Liège-Matin. Nous lui avons demandé ce qui l'avait intéressé dans cette commune: "Ce qui m'intéressait, c'est la rencontre que j'ai faite de manière tout à fait fortuite avec les deux personnages principaux du film, Roger Boeckx et Filippo Zito, conseillers communaux dans l'opposition, qui cherchaient simplement à faire leur travail de conseiller communal. Pour faire ce travail, il faut avoir accès aux documents relatifs aux dossiers qui sont traités par le collège. Le problème, c'est que la plupart de ces documents ne leur étaient pas donnés ou étaient donnés de manière partielle. Pour faire court, ils se sont heurtés à un mur, le mur du pouvoir, le mur d'une majorité absolue".

"Le film n'a absolument rien contre la parti socialiste" poursuit David Leloup. "C'est purement fortuit que ça soit tombé sur la commune de Saint-Nicolas puisque moi-même, je n'ai fait aucune démarche. Les personnages sont venus vers moi pour me dévoiler ce qu'ils pensaient être un scandale de corruption par rapport à un gros projet immobilier à Saint-Nicolas, et finalement, ça s'est transformé en film".

Une majorité absolue qui laisse peu de place à l'opposition

Ce qui a marqué le journaliste, c'est surtout la façon dont fonctionne cette majorité absolue, en laissant peu de place à l'opposition: "J'ai été frappé d'assister à ce théâtre assez particulier qu'est le conseil communal à Saint-Nicolas où effectivement, l'opposition, dès qu'elle lève un peu la voix, dès qu'elle demande des justificatifs avant de valider un subside communal octroyé à une ASBL, se fait taper sur les doigts, se fait pratiquement hurler dessus. J'ai été assez effaré du niveau de la démocratie locale".

Rien n'est fait pour intéresser le citoyen à la chose publique locale

Ce qui pose question, selon le journaliste, c'est qu'au final, rien n'est fait pour intéresser le citoyen à la politique locale: "Moi, personnellement, en tant que journaliste, je ne m'étais jamais intéressé à l'échelon local, je n'avais jamais assisté à un conseil communal, et je trouve que ça, c'est dramatique d'ailleurs parce qu'on vote pour des gens pendant six ans, ce sont les mandats les plus longs qui existent dans notre système politique aujourd'hui, et une fois qu'on a voté, on s'en lave les mains, personne n'assiste au conseil communal, les conseils communaux ne sont pas -pour la plupart- retransmis en live sur internet. Rien n'est fait pour intéresser le citoyen à la chose publique locale, et ça, je trouve que c'est assez dramatique. Et donc en termes de solution potentielle, il faudrait peut-être réfléchir à la façon de rémunérer les conseillers communaux, qu'ils soient dans la majorité ou dans l'opposition, de manière autre que par un simple jeton de présence et un ou deux jours de congé politique pour préparer un conseil communal par mois. Car cela ne suffit pas pour réaliser un vrai travail".

"Saint-Nicolas est socialiste" est déjà projeté dans les différentes salles des Grignoux, avant sa sortie nationale le 11 novembre.

Tous les renseignements sur le site des Grignoux.

 

Articles recommandés pour vous