Basket NBA

L’incroyable parcours d’Hansel Emmanuel, le basketteur amputé d’un bras qui rêve de NBA

Hansel Emmanuel au lycée.
27 juil. 2022 à 09:07Temps de lecture2 min
Par Jâd El Nakadi

Peut-on jouer au basket lorsqu’on est manchot ? La réponse est oui. Amputé du bras gauche à l’âge de six ans, Hansel Emmanuel s’apprête à découvrir la NCAA, le championnat universitaire américain, après avoir fait sensation au lycée. Retour sur le parcours atypique de ce gamin dominicain qui rêve de NBA.

Le jeune Hansel Emmanuel est élevé dans le quartier pauvre de Santo Domingo, en République dominicaine, par sa mère et son père Hansel Salvador Donato, un joueur professionnel de basketball. Fan de baseball, Hansel, âgé de 6 ans, voit sa vie basculer quand un mur lui tombe dessus. Il reste bloqué pendant plus de deux heures sous les gravats et doit se faire amputer du bras gauche.

Au début, c’était très difficile car je perdais l’équilibre et quand je me mettais à courir, je ne courais pas droit

Un supplice pour cet enfant qui devait alors réapprendre à vivre. "Je n’arrivais même plus à attacher mes lacets ou à boire un verre d’eau", a expliqué le Dominicain à ESPN, une chaîne de télévision sportive américaine.

Désormais manchot, Hansel met de côté le baseball pour se consacrer au basket. "Au début, c’était très difficile car je perdais l’équilibre et quand je me mettais à courir, je ne courais pas droit. Mais vers 14 ans, j’ai compris que j’étais plutôt bon au basket". Et même très bon. Très impressionnant athlétiquement, l’adolescent martyrise ses adversaires à coups de cross et de dunks sur les terrains de streetball. Des vidéos de ses exploits vont alors faire le tour des réseaux sociaux et en 2021, Hansel reçoit une bourse et débarque en Floride, à la Life Christian Academy. C’est un ancien coéquipier de son père, Moisés Micael, entraîneur de l’équipe, qui va le convaincre de poser ses valises aux Etats-Unis.

Premier joueur handicapé à intégrer la division I de NCAA

"Je veux que les gens me voient comme un grand joueur, un joueur talentueux comme les autres. Pas pour mon handicap. Je veux être considéré comme n’importe quel autre joueur, car je suis bon et je suis un compétiteur", confiait Hansel Emmanuel. Un message reçu 5 sur 5 par son nouveau coach qui ne lui fait aucun cadeau dès le premier entraînement. Un lay-up manqué ? C’est 20 pompes, comme pour le reste de l’équipe. "Il s’est baissé et a fait ses pompes sur un seul bras", a expliqué Micael, qui l’a tout de même aidé dans sa tâche.

Rapidement, Hansel prouve à tout le monde qu’il n’est pas là pour plaisanter. Au terme de sa première saison en AAU, le championnat lycéen, l’arrière d’un mètre 95 tourne à 25.9 points, 11.0 rebonds, 6.9 passes et 3.4 contres de moyenne. Des statistiques impressionnantes qui lui permettent de taper dans l’œil de plusieurs équipes universitaires. Si Memphis, Tennessee State et Bethune-Cookman s’intéressent au phénomène, c’est finalement Northwestern State qui décroche le gros lot.

En signant en Louisiane, Hansel Emmanuel est devenu à 18 ans le premier joueur handicapé à intégrer la division I de NCAA. Avant d’être le premier manchot à jouer en NBA ? Le Dominicain y croit dur comme fer : "Je suis né pour triompher".

Loading...

Articles recommandés pour vous