Ecologie

L’industrie de la viande n’est pas la plus énergivore…

L’industrie de la viande n’est pas la plus énergivore…

© Johnny Greig

11 oct. 2022 à 11:30Temps de lecture2 min
Par RTBF avec AFP

A l’heure où la notion de sobriété abreuve des plans de réductions énergétiques, une infographie du magazine spécialisé Réussir (France) est riche d’enseignements en ce qui concerne la consommation énergétique de l’industrie agroalimentaire…

Alors que l’on désigne toujours – à juste titre – la filière de la viande comme l’une des plus voraces en matière d’émissions carbone, elle ne génère "que" 453.778 tonnes équivalent pétrole par an, loin derrière le bilan énergétique beaucoup plus lourd des usines de produits laitiers, estimé à 942.497 tonnes.

Agro-alimentaire : quel bilan carbone ?

Alors que les industriels font face à la hausse des coûts des matières premières, ils doivent aussi repenser leur consommation d’énergie compte tenu du contexte actuel. D’après les données de Réussir (France), la production des industries alimentaires est assurée à moitié par le gaz naturel. L’électricité n’arrive que dans un deuxième temps, représentant 35% de la consommation d’énergie utilisée. La vapeur ou encore le butane et le propane ne concernent qu’une infime proportion.

En prenant en compte les chiffres français pour 2019, l’industrie agroalimentaire la plus énergivore est celle qui concerne les produits laitiers.

Les usines de transformation du lait, de crèmes, de yaourts et autres beurres ont une facture énergétique nettement supérieure à celle de la sucrerie (761.286 tonnes équivalent pétrole) et de l’industrie des amylacées (728.632 tonnes équivalent pétrole), dont l’activité consiste à extraire l’amidon des végétaux, par exemple la fleur de maïs (maïzena).

Responsable de 14,5% des émissions de CO2 liées à l’activité humaine d’après les estimations de la FAO (Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture), la filière de la viande arrive loin derrière dans la liste des industries les plus énergivores. Les usines qui produisent du chocolat, des plats préparés ou encore des bonbons la devancent (538.441 tonnes équivalent pétrole).

On notera tout de même que les productions d’aliments pour animaux sont particulièrement gourmandes en énergie, leur consommation étant estimée à 348.392 tonnes équivalent pétrole, soit beaucoup plus que les usines de poissons et de produits de pêche (42.526 tonnes équivalent pétrole) ou les chaînes de transformation des céréales (65.727 tonnes équivalent pétrole).

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous