RTBFPasser au contenu

Littérature

L’industrie du livre se porte bien grâce à… TikTok

Au Royaume-Uni, le chiffre d’affaires du monde du livre a atteint 6,7 milliards de livres sterling (environ 8 millions d’euros) en 2021.
25 avr. 2022 à 12:29 - mise à jour 25 avr. 2022 à 12:462 min
Par AFP

Les professionnels de l’édition redoutent que la surexposition aux écrans se fasse au détriment de la lecture. Mais ce n’est pas nécessairement le cas. Au Royaume-Uni, l’industrie du livre a vu son chiffre d’affaires s’envoler l’année dernière grâce au phénomène BookTok.

Ces derniers mois, de courtes vidéos consacrées à la critique et aux recommandations de livres ont fait leur apparition sur TikTok. Ces clips, regroupés sous le hashtag #BookTok, enregistrent plus de 49,7 milliards de vues sur l’application préférée des jeunes.

Loading...

Au Royaume-Uni, ils ont même fait bondir les chiffres de vente de livres. Le chiffre d’affaires du secteur a atteint 6,7 milliards de livres sterling (environ 8 millions d’euros) en 2021, selon le dernier rapport annuel de la Publishers Association. Soit une augmentation de 5% par rapport à l’année précédente. Cette progression est d’autant plus surprenante que les restrictions sanitaires liées au Covid ont contraint les librairies à fermer pendant de longs mois. Les menaces de pénurie de papier ont également suscité des hausses de prix importantes et des problèmes de délais d’approvisionnement sur le marché de l’édition.

Malgré ces difficultés, le Covid-19 aura montré à ceux qui en doutaient encore que "lire, c’est cool". Les célébrités ont troqué les photos de leurs escapades luxueuses pour des clichés plus intimistes de leurs bibliothèques, tandis que les passionnés de lecture se sont réfugiés sur TikTok pour partager leur passion avec les millions d’utilisateurs du réseau social.

Ce phénomène n’est pas passé inaperçu auprès des professionnels du livre, selon Stephen Lotinga, le directeur général de la Publishers Association. "2021 a été une autre année formidable pour l’édition britannique. Nos auteurs exceptionnels ont fourni aux lecteurs le divertissement et le confort dont ils avaient tant besoin alors que la pandémie se poursuivait. Il a été particulièrement intéressant de voir les communautés TikTok susciter un nouvel intérêt pour les livres, notamment pour les ouvrages de fiction et les titres pour jeunes adultes", a-t-il déclaré dans un communiqué.

Créer de nouveaux classiques

Ces deux segments ont connu une belle croissance en 2021, selon les chiffres de la Publishers Association. Les ventes de livres de fiction ont augmenté de 7% pour atteindre 733 millions de livres sterling (environ 873 millions d’euros), tandis que celles de la fiction jeunesse s’élèvent à 425 millions de livres sterling (environ 506 millions d’euros).

BookTok y est pour beaucoup, même si les critiques littéraires en herbe du réseau social recommandent surtout des livres sortis il y a quelques années et non les dernières nouveautés. La romancière Sarah J. Maas a ainsi récemment vu exploser les ventes de "Un palais d’épines et de roses" et de "La Prisonnière" (de la série "Keleana"), bien qu’ils soient sortis en 2015 et en 2016. Les autrices Madeline Miller et Leigh Bardugo ont connu un engouement similaire pour "Le Chant d’Achille" et la saga "Grisha".

Les maisons d’édition et autres professionnels du livre essaient de surfer sur la vague #BookTok en se lançant sur le réseau social. Le compte d’Hachette Romans est suivi par plus de 42.000 abonnés, tandis que celui de Penguin Random House en dénombre plus de 27.000. Mais c’est bien peu de chose par rapport aux centaines de milliers de personnes qui suivent les recommandations et les critiques de booktokeurs comme Ayman Chaudhary, Jaysen Headley et Abby Parker. La preuve que le livre plaît toujours.

Sur le même sujet

27 avr. 2022 à 15:00
1 min

Articles recommandés pour vous