RTBFPasser au contenu
Rechercher

Sciences et Techno

L’intelligence artificielle dans nos vies : le bras robotisé qui trie et reconnaît les déchets

02 juin 2022 à 05:05 - mise à jour 02 juin 2022 à 12:41Temps de lecture2 min
Par Johanne Montay

C’est un jeune homme de 25 ans. Il est né en Belgique et s’appelle Victor Dewulf. L’essentiel de sa vie, il l’a passé au Royaume où il a suivi des études en génie environnemental et gestion d’entreprise. Avec son camarade, Peter Hedley, 27 ans, il a eu une idée, directement liée à sa thèse de doctorat : apprendre à la machine à reconnaître une bouteille en plastique d’une canette ; un carton, ou d’un autre détritus intrus.

Du garage à la start-up

Cela a commencé dans le garage du père de Peter. "On est allés dans son garage. On a acheté un convoyeur sur ebay, à 40 euros, qui est utilisé normalement pour faire son jogging", raconte Victor Dewulf. "C’était notre premier convoyeur industriel. Et puis, on est allés dans toutes les poubelles de la ville pour avoir des 'samples' (ndlr : des échantillons). La matière est souvent la même. Une famille va toujours avoir plus ou moins les mêmes bouteilles d’eau, les mêmes canettes, les mêmes barquettes. Donc, on a dû aller dans les poubelles de tous les voisins. Et petit à petit, ça a grandi de là".

La pioche intelligente

Ainsi est née la start-up Recycleye, en 2019. Elle associe un système de reconnaissance visuelle informatique basé sur l’intelligence artificielle pour identifier précisément les différents types de déchets, et un bras robotisé qui se déplace sur six axes pour aller piocher les matériaux à revaloriser parmi les déchets qui défilent sur le tapis roulant. La caméra est de la qualité de celle d’un smartphone. Elle prend 60 photos par seconde. L’algorithme analyse les images, et le bras articulé priorise les déchets à collecter. Ceci permet de réaliser 55 pioches par minute sur le convoyeur.

Le duo de moins de 30 ans est parvenu à lever son premier million en 2020, et aujourd’hui, il a des ambitions plus larges. Son système Recycle Vision a déjà été installé dans des centres de tri en France et en Grande-Bretagne (chez Biffa et Re-Gen). Les deux ingénieurs ont fourni à ce jour 17 systèmes de reconnaissance visuelle et cinq bras robotisés. Le marché belge les intéresse beaucoup, car il fait encore la part belle à la main-d’œuvre manuelle.

Victor Dewulf et Peter Hedley figurent parmi les trois équipes finalistes pour le prix des Jeunes inventeurs 2022 de l’Office européen des brevets. Ils sauront lors de la cérémonie le 21 juin s’ils sont les grands gagnants, mais être finaliste est déjà une récompense en soi.

Articles recommandés pour vous