Cinéma - Interviews

L’interview de Javier Bardem qui chante et danse dans "Enzo le Croco"

L'interview de Javier Bardem pour "Enzo le croco"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

26 oct. 2022 à 07:48Temps de lecture2 min
Par Hugues Dayez

"Enzo le croco" est adapté d’un classique de la littérature américaine pour la jeunesse de Bernard Waber (1921-2013). Les réalisateurs Will Speck et Josh Gordon ont opté pour la technique mixte qui a fait la réussite de "Paddington" : Enzo est animé en images de synthèse mais évolue face à des acteurs en chair et en os et dans des décors réels.

Pour le personnage excentrique d’Hector, le magicien qui découvre ce crocodile spécial, l’excellent Javier Bardem a relevé le défi de chanter et de danser, pratiques jusqu’ici très loin de lui… A l’arrivée, si le film est parfois un peu trop sucré comme certains shows de Broadway, il n’en reste pas moins un divertissement familial très sympathique, avec un crocodile magnifiquement animé et un truculent Javier Bardem.

L’interview intégrale en version originale de Javier Bardem

L'affiche d'Enzo le Croco, en version originale

Ce film familial est une charmante surprise, mais quel a été le point de départ de votre participation dans le rôle d’Hector ?

Javier Bardem : Les réalisateurs Will Speck et Josh Gordon m’ont envoyé le scénario et bien sûr, j’ai répondu non ! parce que je ne me sentais pas capable de jouer ce rôle… Mais ils ont été très encourageants, donc, ça m’a pris du temps pour sauter dans le projet, parce que c’est très amusant de prendre le risque de faire des choses que je n’ai jamais faites auparavant ! Et aussi parce que mes enfants voulaient que je joue dans un film pour eux. Mais aussi parce que le sujet est très bon, c’est amusant, c’est charmant, c’est émouvant, et c’est aussi une comédie musicale avec de très bonnes chansons composées par Pasek et Paul… Donc, tout ça avait du sens, et j’ai dit : OK, on va essayer !

Mais comment pouvez-vous jouer avec un partenaire en images de synthèse qui ne sera créé qu’après la scène ? Qui aviez-vous en face de vous pour vous donner la réplique ?

Parfois j’avais un autre acteur, avec une structure masque de lumière et de fils, qui allait être recréée plus tard en crocodile, mais la plupart du temps, 90% du temps, c’était un espace vide, quelque chose que je devais imaginer, ce qui est effrayant au départ, mais après c’était agréable parce que vous êtes tout seul, vous créez tout seul votre partenaire dans votre imagination, comme lorsque vous aviez 5 ou 6 ans et que vous parliez à vos amis imaginaires, vous vous souvenez ? On les créait tout autour de nous… C’est amusant ! C’est un vrai défi mais c’est très amusant à faire !

Vous expliquez que vous étiez réticent au début, mais j’ai le sentiment que vous n’avez peur d’aucun défi dans ce métier ?

Oh si ! Avant de mettre le pied dans un projet, j’y pense non seulement à deux fois mais trois ou quatre fois ! parce que je sais qu’une fois que je serai dedans, je vais y aller à fond, et je veux être sûr que je pourrai vraiment servir le film, que je pourrai remplir le rôle pour lequel ils m’ont engagé. C’est pour ça que je suis si réticent, je suis toujours dans l’incertitude avant de m’engager dans chaque rôle, je me dis toujours que quelqu’un d’autre pourrait le faire mieux que moi ! Et je ne suis pas le seul, je connais beaucoup d’acteurs qui pensent comme moi, le syndrome de l’imposteur, pourquoi moi si quelqu’un d’autre peut le faire mieux !

Dernière chose, est-ce important d’avoir un pied dans le cinéma espagnol, et un pied à Hollywood ? Comment gérez-vous ça ?

Je pense que c’est un cadeau, c’est une chance de pouvoir avoir des possibilités de travailler dans ces deux domaines, je n’avais jamais pensé que ça arrive, mais j’y attache beaucoup d’importance, je suis fier de pouvoir travailler à la fois en anglais et en espagnol, je souhaiterais pouvoir travailler dans beaucoup d’autres langues, mais je ne le peux pas, ma femme bien, mais moi pas malheureusement ! Et c’est une chance, et je veux en être bien conscient et reconnaissant.

Enzo Le Croco

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous