Cyclisme

Lionel Taminiaux : "Quand on roule avec Remco Evenepoel, on passe d’adversaire à supporter"

© Tous droits réservés

Lionel Taminiaux (Alpecin-Deceuninck) est heureux de retrouver Binche-Chimay-Binche, ce mardi, après son podium conquis en 2021. Le Brabançon retrouvera Remco Evenepoel avec lequel il a passé trois semaines sur la Vuelta.

Poisson pilote de Merlier et Philipsen

Celui qu’on surnomme Tami dans le peloton, savoure cette saison 2022, après une première année compliquée chez Alpecin : "2021 a été difficile. Je n’étais pas au niveau physiquement. Et puis mentalement c’était un peu compliqué aussi. Je ne connaissais pas encore ma place dans l’équipe. Maintenant, je pense que j’ai fait ma place et c’est beaucoup plus facile pour moi maintenant d’appréhender la course et de savoir quel est mon rôle dans l’équipe. Je suis beaucoup mieux cette année et je pense que ça se voit aussi dans les résultats ou même dans le travail que je peux faire".

Lionel Taminiaux a brillé comme "poisson pilote" de Tim Merlier et de Jasper Philipsen. Il a aussi pu, par moments, jouer sa carte perso, avec une belle victoire sur les quatre jours de Dunkerke.

© Tous droits réservés

Premier Grand Tour réussi pour "Tami"

Et puis le Jodoignois a également bouclé son premier grand Tour (127e du classement général) il y a une quinzaine de jours. Sa mission était d’amener Tim Merlier au sprint : "La Vuelta s’est beaucoup mieux passé que ce que j’aurais espéré ou pu imaginer. Je me suis senti beaucoup mieux physiquement, à la fin qu’au début de la Vuelta", nous confie Lionel Taminiaux, qui a terminé 8e de la dernière étape au sprint à Madrid.

"Je ne m’attendais pas à résister aussi bien pendant trois semaines. Le staff et les entraîneurs non plus. Donc c’est un peu une surprise. Mais je suis vraiment content. Je pense avoir bien progressé durant les trois semaines".

"Ce qui m’a le plus impressionné sur la Vuelta, c’est de voir Remco aussi décontracté"

Trois semaines passées aux côtés de Remco Evenepoel, que Lionel Taminiaux a senti particulièrement détendu tout au long de cette Vuelta : "Ce qui m’a le plus impressionné, c’est de voir Remco aussi décontracté, beaucoup plus qu’au début de sa carrière. Il a énormément changé depuis sa première année pro en 2019. Et là, il était beaucoup moins à l’aise dans le peloton. Il était beaucoup plus stressé. Je pense qu’il y avait peut-être même, plus de pression à l’époque. Là, il était vraiment décontracté. Il était souriant tout le temps de bonne humeur. Il discute avec tout le monde dans le peloton. C’était vraiment différent à voir, par rapport aux années précédentes".

Et puis quand le "Remco Show" est lancé, une partie du peloton est écœurée, l’autre est simplement sous le charme de ce talent incroyable : "Quand on ne joue pas dans le même registre que Remco, on n’est pas adversaire, mais plutôt supporter d’un coureur comme lui. Et c’est chouette de le voir en course comme ça. Sur la Vuelta tout le monde a vu qu’il était très fort. Mais je dois dire que ce qu’il a fait aux Mondiaux, m’a beaucoup plus impressionné. Il a juste été phénoménal".

 

© Tous droits réservés

Remco et Philippe à Binche : "Ça va être monstrueux"

Le coureur d’Alpecin-Deceuninck est content de retrouver Binche-Chimay-Binche, ce mardi, une de ses courses préférées : "Mes jambes sont super après la Vuelta. J’espère réaliser un bon résultat. Faire la même chose que l’année passée, une troisième place, ça va être compliqué. Si je peux faire mieux, ce serait top. Mais ça va être compliqué avec le plateau qu’il y a."

© Tous droits réservés

Un plateau avec comme têtes d’affiche deux stars belges, le nouveau champion du monde et l’ex-champion du monde, bientôt à la retraite :"Ça va être génial d’avoir Remco Evenepoel et Philippe Gilbert. Phil participera à sa dernière course en Wallonie. Ça va être une ambiance de fou. Il y aura encore plus de monde que d’habitude, même s’il y a toujours du monde à Binche. Même quand il fait mauvais, c’est toujours plein. Je pense que ça va être comme le championnat de Belgique qu’il y a eu à Binche. Ça va être, monstrueux."

 

Articles recommandés pour vous