Listéria dans une fromagerie à Cognelée: des normes trop sévères ?

Outre le fromage au lait cru, Julien et sa compagne fabriquent aussi des yaourts.

© RTBF

Temps de lecture
Par L.V. avec Nicolas Lejman

A Cognelée, dans la province de Namur, Julien Artois et sa compagne, Adèle Selvais, de la "Bergerie des Fauves Laineux" font grise mine, depuis quelques jours. Ils ont été contraints de retirer de la vente une partie de leur production de fromages au lait cru, pour cause de contamination à la listeria, une bactérie potentiellement dangereuse."D’après les résultats des analyses, deux échantillons sur trois étaient positifs à la listeria, sans connaître le taux de contamination à ce moment-là. On a prévenu l’AFSCA qui nous a dit qu’on devait retirer les produits de la vente, et les rappeler là où on les avait vendus. Ce que nous avons fait et nous avons continué à produire au lait pasteurisé", explique Julien Artois.

Tolérance zéro, c’est trop?

Or, l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (AFSCA) applique les normes en vigueur au sein de l'Union Européenne et observe donc une tolérance zéro pour les producteurs, qu'ils soient artisans ou industriels. Pour Julien Artois, cette tolérance zéro est excessive. "On a commencé à être un peu en colère, car on trouve que les normes, qui sont de 'zéro', absence totale chez le producteur et de moins de 100 unités par 25 grammes dans la distribution ne sont pas adaptées à notre situation. Ici, on est en dessous de 10 unités. Je me réfère à un document scientifique de l’AFSCA, et le Conseil supérieur de la santé de Belgique, qui émet toute une série de critères pour évaluer la dangerosité d’un produit contaminé. Et il y a deux critères qu’on respecte totalement : le premier est que le produit devient dangereux quand il dépasse les 10 unités par 25 grammes, et le deuxième est la durée de conservation. Les produits qui sont considérés à risque quand ils sont contaminés par la listeria, sont d’une durée de conservation de 2 à 4 semaines. Nous, ici, nous sommes à des dates limites de consommation de 10 jours maximum. Donc, on est en dessous de 10 unités, et les produits doivent être consommés dans les 10 jours."

Pas d’indication sur la croissance de la bactérie

Pour l’AFSCA, le risque de prolifération de la listeria tout au long de la chaîne de fabrication, jusqu’à arriver dans nos assiettes, justifie la tolérance zéro appliquée envers les producteurs. "C’est une bactérie dont le développement est très instable. Et nous n’avons pas une vue assez complète sur la croissance de cette bactérie en termes de temps pour savoir si, dans l’assiette du consommateur, il y aura un risque ou non", précise le porte-parole de l’AFSCA, Jean-Sébastien Walhin. L’agence fédérale souligne également qu’elle finance un programme de recherche qui permet aux petits producteurs de faire analyser la prolifération de la listeria dans leurs produits. Aujourd’hui, la Bergerie des fauves laineux évalue ses pertes à 3000 euros, ses gérants demandent également plus de souplesse administrative et de soutien du pouvoir politique pour tous les produits à base de lait cru.

 

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous