Energie

L’OPEP + se réunit en pleine guerre en Ukraine : géopolitique et prix de l’or noir

Le marché matinal

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

L’OPEP + (l’Organisation des pays producteurs de pétrole, ainsi que de leurs 10 partenaires privilégiés) se réunit ce mercredi afin de se pencher sur une baisse de la production journalière des barils de pétrole. On parle d’une baisse de 500.000 à un million de barils par jour, voire peut-être plus. Pourquoi ? Parce que les craintes d’une récession mondiale (et donc une baisse de la demande en pétrole) sont bien réelles. Alexandre Gauthy macroéconomiste à la banque Degroof Petercam, explique que le "prix du pétrole a vraiment été sous pression ces derniers mois, principalement à cause des craintes du marché liées à une possible récession de la demande dans le monde. Les marchés s’inquiètent donc clairement d’une possible récession mondiale. Le premier élément qui affecterait négativement l’activité économique est la situation en Chine, qui ne cesse de se dégrader. La baisse de l’activité immobilière ainsi que les restrictions liées au Covid pèsent sur la croissance économique du pays. Enfin, en zone euro, l’activité est déjà sans doute en train de se contracter, donc tout cela porte sur les craintes de récession mondiale, et donc sur la demande, in fine, de l’or noir".

Si la production diminue, cela ne fera pas nécessairement augmenter les prix à la pompe. On s’attend à une hausse relative, mais pas à une augmentation spectaculaire qui, tout à coup, ferait passer le litre de diesel à trois euros, par exemple. En fait, les marchés ont déjà anticipé l’annonce de l’OPEP + et les prix des carburants ont déjà augmenté de 5% en moyenne ces derniers jours. Les prix restent élevés en ce moment, que ce soit pour le mazout, l’essence ou le diesel, qui était repassé sous les deux euros le litre depuis quelques semaines.

Mais en réalité, l’enjeu n’est pas là. Il y a aussi des éléments stratégiques et géopolitiques à prendre en compte. Aujourd’hui, l’Opep, ce sont 13 États chapeautés par le leader, l’Arabie saoudite. Les 10 autres alliés ou partenaires qui forment ensemble l’OPEP + sont eux chapeautés par la Russie, deux nations qui trouvent aujourd’hui des intérêts communs pour maintenir un prix du baril élevé : l’Arabie saoudite pour engranger un maximum de profit grâce à sa principale ressource dont elle sait qu’elle n’est pas inépuisable, et la Russie pour compenser, grâce au pétrole, les pertes qu’elle subit avec le gaz qu’elle ne vend plus à l’Europe depuis le début du conflit ukrainien. Selon Alexandre Gauthy, "il existe aujourd’hui des intérêts convergents entre l’Arabie saoudite d’une part et la Russie d’autre part, pour maintenir un prix du baril élevé. Ce sont les deux plus grands producteurs du cartel qui, à eux deux, représentent un peu plus de 20% de la production mondiale. Ils sont donc en mesure d’influencer l’offre, et donc le prix du pétrole. Pour faire le lien avec le prix du gaz, avec le marché du gaz, les Russes ont presque entièrement stoppé leur vente de gaz à l’Europe, et vu que le prix du gaz a commencé à baisser dernièrement sur les marchés, cela va négativement impacter leurs finances publiques. Ils ont donc tout intérêt à trouver un accord avec l’Arabie saoudite en vue de faire baisser la production".

On associe souvent la Russie à la production de gaz, mais il faut rappeler que ce sont les exportations de pétrole qui rapportent le plus à Moscou, 123 milliards de dollars pour le pétrole en 2019, contre 23 milliards pour le gaz. Avec un prix du baril élevé, la Russie peut donc maintenir son économie la tête hors de l’eau, malgré les sanctions internationales, et surtout continuer à financer sa guerre en Ukraine. Reste une inconnue : comment vont réagir les États-Unis, l’allié historique mais l’allié de façade de l’Arabie saoudite, si celle-ci commence à pactiser avec le Kremlin, le principal ennemi des Américains ?

Un site de production de pétrole
Un site de production de pétrole © Tous droits réservés

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous