RTBFPasser au contenu

Journal du classique

L’opéra italien prochainement inscrit au patrimoine immatériel de l’Unesco ?

Teatro San Carlo de Naples
18 mai 2022 à 12:032 min
Par Céline Dekock

Puccini, Verdi, Rossini, Monteverdi… Tous ces grands compositeurs qui se sont illustrés dans le genre de l’opéra se verront, peut-être, bientôt inscrit au patrimoine immatériel de l’Unesco. En effet, Rome a proposé la candidature de l’art lyrique italien à l’inscription en 2023 à la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’Unesco. Une candidature soutenue par toute une nation qui a vu naître le genre de l’opéra.

En mars dernier, l’Italie présentait à la commission nationale pour l’Unesco deux candidats à l’inscription du patrimoine immatériel de l’Unesco, le café expresso italien, véritable institution de la culture italienne, et l’opéra italien. Si la candidature de l’expresso italien a été rejetée, celle de l’opéra italien, en revanche, a bel et bien été retenue. L’art lyrique italien pourrait donc faire partie du patrimoine immatériel de l’humanité de l’Unesco en 2023. Il rejoindrait alors le savoir-faire des luthiers de Crémone, inscrit à l’Unesco depuis 2012.

"Avec la candidature du chant lyrique italien, l’Italie vise à reconnaître l’une de ses expressions culturelles les plus authentiques et les plus originales", a commenté le ministre de la Culture, Dario Franceschini. Ce dernier a notamment évoqué le fameux air Va Pensiero de Nabucco de Verdi, cet hymne de liberté qui a profondément marqué l’histoire de l’Italie et qui a, depuis sa première représentation en plein Risorgimento, dépassé les frontières italiennes et exprime les douleurs de toute oppression. Dario Franceschini a également rappelé la vive émotion ressentie en regardant les images du chœur de l’Opéra d’Odessa, en Ukraine, reprenant le chœur des esclaves de Verdi, en un grand cri d’espoir pour la paix.

"Mais pourquoi l’opéra italien serait-il plus légitime à entrer au patrimoine immatériel de l’humanité que ses homologues français ou allemand ?", comme le souligne justement le Figaro. Pour Stéphane Lissner, directeur du mythique Teatro San Carlo depuis 2020, la question ne se pose pas, "l’opéra est né en Italie". Et d’ajouter, "si vous regardez l’histoire de l’opéra au XVIIIe siècle, il y a eu 400 créations pendant ce siècle rien qu’à Naples. Et puis la façon de chanter avec cette langue italienne provoque incontestablement, qu’on soit d’accord ou pas, la plus grande émotion chez les amateurs d’opéra."

Interrogé par l’AFP, le baryton Gabriele Viviani s’enthousiasme de cette nomination, déclarant que, selon lui, "le chant italien a ce petit truc en plus qu’est la sensibilité dans l’expression des émotions. C’est ce qui donne vie aux personnages, aux sensations, aux émotions, tant pour le public que pour l’interprète".

D’ici la fin de l’année, nous saurons si l’art lyrique italien aura su toucher la corde sensible de la commission nationale pour l’Unesco.

Sur le même sujet

06 mai 2022 à 10:30
1 min
01 avr. 2022 à 15:00
4 min

Articles recommandés pour vous