Belgique

Lors de la fête d'été de la N-VA, Bart De Wever fustige à nouveau le gouvernement fédéral : "Il est difficile de s'imaginer pire"

02 juil. 2022 à 18:44 - mise à jour 02 juil. 2022 à 20:34Temps de lecture1 min
Par Maud Wilquin et Belga

La N-VA, le plus grand parti de Belgique, a organisé sa fête d'été ce samedi 2 juillet à Malines. Environ 2.000 à 3.000 personnes étaient attendues.

Habituellement, la "Fête des Familles" de la N-VA a lieu plus tôt, en décembre, mais à cause de la crise sanitaire, l'organisation a dû être retardée. Quoi qu'il en soit, cette fête est l'occasion de faire le point sur la politique du parti en Flandre et de donner son avis sur ce qui se passe au gouvernement fédéral au sein de la Vivaldi. 

"Mon message principal", a confié à notre journaliste le président de la N-VA, Bart De Wever, "c'est que nous avons un gouvernement qui nous a mené vers le développement de la croissance économique le plus faible du monde et vers une dette qui ne fait qu'augmenter. Vers les dépenses publiques les plus élevées du monde. Il est difficile de s'imaginer comment on pourrait encore empirer les résultats du gouvernement. Nous avons besoin d'un changement radical." Selon lui, le déficit budgétaire, la pression fiscale et la perte de pouvoir d'achat sont "insoutenables et inacceptables".

Bart de Wever a également mis l'accent sur les nombreux défis auxquels la Belgique doit faire face. "Ce sont des temps troublés. L'incertitude géopolitique et économique est élevée", a-t-il dit.

Selon lui, la Wallonie "plus à gauche que jamais" et la Flandre "plus à droite que jamais" ne pourront plus s'entendre à l'avenir. "Il faut que la Wallonie se prépare à ce qui doit arriver", a-t-il indiqué.

Dans ce contexte, les gens se tournent vers des "gestionnaires forts et des négociateurs chevronnés", des profils que la N-VA compte dans ses rangs, a poursuivi le président des nationalistes en vantant dans la foulée "l'excellence flamande", en matières d'enseignement et d'environnement notamment.

Ainsi, le gouvernement fédéral ne trouve pas grâce aux yeux de Bart De Wever. La Vivaldi mène une politique "diamétralement opposée aux intérêts de la Flandre productive", a-t-il ainsi pointé. Seule solution, pour le président de la N-VA: l'autonomie de la Flandre. Mais pour y parvenir, le parti doit rester le premier parti flamand en 2024.

Sur le même sujet

Lieve Truyman remplace Valerie Van Peel à la vice-présidence de la N-VA

Politique

Guerre en Ukraine : le bourgmestre d’Anvers Bart De Wever promet une solution rapide aux problèmes administratifs des réfugiés

Guerre en Ukraine

Articles recommandés pour vous