Cyclisme

Lotto croit en ses jeunes à la Vuelta : "Mais ce n’est pas ici qu’on va chasser les points UCI"

21 août 2022 à 05:00Temps de lecture2 min
Par Giovanni Zidda

La Vuelta 2022 de l’équipe Lotto Soudal n’a pas commencé sous les meilleurs auspices. Après la 21e place sur le chrono par équipes le premier jour, la formation belge a connu une journée noire samedi sur la 2e étape avec l’abandon sur chute de Steff Cras, le coureur censé jouer le général pour Lotto.

"Stef était ici pour le classement. On espérait faire mieux que son classement de l’année dernière (NDLR : 20e) mais c’est fini pour lui à cause de cette chute", déplore Kurt van de Wouwer, son directeur sportif.

Malgré ses 26 ans, Cras était un des coureurs les plus expérimentés de cette équipe Lotto Soudal très jeune qui a débarqué sur cette Vuelta avec une moyenne d’âge d’à peine 24 ans (si on ne compte pas le vétéran Thomas De Gendt, 35 ans).

Parmi les 8 coureurs sélectionnés sur ce Tour d’Espagne, trois font leur début dans un Grand Tour et trois autres en sont à leur deuxième expérience.

"C’est une équipe vraiment jeune mais ce n’est pas toujours un désavantage. L’objectif de l’équipe Lotto Soudal reste toujours d’avoir des jeunes et de faire de résultats avec eux. On va essayer de faire ça aussi ici à la Vuelta", positive van de Wouwer.

Les points UCI ? Plutôt sur les autres courses

Des résultas, Lotto Soudal en a cruellement besoin. La formation belge reste en effet toujours en position de 'relégable', c’est-à-dire qu’à l’heure actuelle elle ne disposerait pas d’une licence WorldTour pour la saison prochaine.

Précédée par l’équipe Movistar – ambitieuse à domicile sur les routes espagnoles – dans ce classement, l’équipe Lotto risque de perdre à nouveau du terrain sur ses rivaux.

"Les points ? Ce n’est pas ici à la Vuelta qu’on va chasser les points. On espérait quand même de faire un classement avec Stef mais maintenant, c’est déjà foutu. Mais il y a d’autres courses pendant la Vuelta où ce sera possible d’aller chercher des points."

Ces courses, ce sont des épreuves comme la Johan Museeuw Classic, la Course des Raisins à Overijse, le Tour d’Allemagne ou encore le GP de Plouay où des coureurs comme Arnaud De Lie, Victor Campenaerts, Caleb Ewan et Tim Wellens seront chargés de ramener de gros points.

Cela dit, Lotto Soudal n’est pas venue à la Vuelta pour faire de la figuration. "On n’a plus de coureurs de classement mais on a quelques coureurs qui visent une étape et cet objectif reste inchangé pour nous. On a choisi pour cette équipe jeune et je pense que ça va marcher."

De Gendt présent "pour guider les jeunes" mais également pour une étape

Thomas De Gendt
Thomas De Gendt © Tous droits réservés

Pour encadrer au mieux la relève qui se dessine dans l’équipe, Lotto s’appuie notamment sur Thomas De Gendt, au départ de son 23e Grand Tour.

"Je suis là pour les guider un peu. Tous les jours, il y a quelque chose de nouveau à leur apprendre. Il faut un peu s’adapter à toutes les situations. J’en ai vu de toutes les couleurs dans ma carrière donc je suis là pour répondre à leurs questions. Leur donner des conseils. Mais pour qu’ils apprennent, ils devront aussi faire des erreurs par eux-mêmes", nous explique le vétéran de l’équipe.

De Gendt, 17 victoires professionnelles au compteur, espère par ailleurs s’illustrer personnellement. A sa manière évidemment.

"Si je me sens bien sur les premières étapes au Pays basque, je vais essayer de partir dans l’échappée. Je ne vais pas viser une étape en particulier. C’est ce que j’ai fait au Giro et ça s’est bien passé avec cette victoire à Naples."

C’est tout ce qu’on souhaite au coureur de Saint-Nicolas et à une équipe Lotto Soudal qui aurait bien besoin de soulever le moral des troupes après ce début de Vuelta compliqué.

Sur le même sujet

Trois arrivées au sommet, des étapes casse-pattes : le profil de la semaine au Tour d’Espagne

Vuelta - Cyclisme

Articles recommandés pour vous