RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions

Louvain-la-Neuve : privée de meeting international, la piste d’athlétisme indoor conserve ses adeptes malgré le Covid

Malgré le contexte difficile, le temple de l’athlétisme de la Fédération Wallonie-Bruxelles s’en tire plutôt bien
14 janv. 2022 à 10:33Temps de lecture3 min
Par Jean-Claude Hennuy

Le meeting international d’athlétisme en salle de Louvain-la-Neuve est annulé, cette année.

Initialement prévu le 19 février prochain, l’événement doit être supprimé à cause du coronavirus. Pas de public autorisé, et donc pas de recettes pour compenser les frais importants d’une telle manifestation !

Moins de trois ans après son inauguration, et après plusieurs restrictions d’accès liées au Covid, la piste est malgré tout relativement bien fréquentée. Surtout le soir et surtout pour les entraînements, ce qui est d’ailleurs sa vocation principale.

1OO.OOO visiteurs en 2O21

Malgré le contexte difficile engendré par les mesures sanitaires, le temple de l’athlétisme de la Fédération Wallonie-Bruxelles s’en tire plutôt bien. "En 2021, nous avons eu 100.000 personnes qui sont rentrées dans cette infrastructure", indique Marc Jeanmoye, directeur du complexe sportif Le Blocry, à Louvain-la-Neuve. "Ces visiteurs ont soit participé à des activités d’athlétisme, soit fait de la musculation ou de la préparation physique générale, soit participé à d’autres activités que l’athlétisme, comme du judo ou du karaté".

Rentabilité partielle

Revu à la baisse pour des questions financières, le projet initial a été revu à la baisse. La mouture finale comprenant l’anneau, la piste droite centrale, les plateaux annexes (saut, perche, poids, cage à lancer) et la salle de musculation a été budgétisée à hauteur de 22 millions d’euros. "Mais le coût final a été d’environ 19,5 millions", précise Marc Jeanmoye. Un coût tout de même conséquent pour la Fédération Wallonie-Bruxelles. La salle est-elle dès lors rentable ?

"Sur le plan sportif, elle est rentable", répond Marc Jeanmoye. "Mais sur le plan financier, il est clair qu’on a besoin de soutiens et d’un financement de la Fédération Wallonie-Bruxelles pour que l’infrastructure soit viable".

En ce qui concerne l’impact de la Covid sur les locations du hall, le directeur du Blocry explique que les pertes ont été compensées par l’autorisation accordée aux athlètes de haut niveau de pouvoir s’entraîner dans la salle de Louvain-la-Neuve. Cela a permis d’attirer de nombreux sportifs du pays, au moment où leurs sites d’entraînement habituels étaient fermés.

Publics divers

La salle accueille des étudiants, des écoles, des stagiaires et des sportifs de niveaux différents. Très prisée en soirée par les membres de clubs et autres structures sportives, elle est peu occupée en journée, sauf pour l’entraînement des athlètes de haut niveau, y compris des Espoirs Sportifs comme la nivelloise Alexandra Mortant. "Comme la piste est neuve, elle est de très bonne qualité. Quand on sprinte, on sent que nos appuis sont bien solides et c’est cela qui favorise la bonne performance. Cette piste est aussi relativement accessible à tout le monde (ndlr : le commun des mortels y a accès s’il est affilié à une structure sportive). En hiver, la salle permet d’éviter les blessures et de permettre des performances".

Une piste indispensable

"Il était vraiment indispensable que l’athlétisme wallon et francophone belge dispose d’un outil vraiment performant, d’autant que ces dernières années les résultats de nos athlètes ont été à la hauteur", souligne Noël Levêque, entraîneur et Président du CABW (Royal Cercle Athlétique du Brabant Wallon).

Rappelons que le clan Borlée, même depuis son passage à la section néerlandophone de la Ligue Belge d’athlétisme, se déplace toujours fréquemment à Louvain-la-Neuve pour l’entraînement indoor. "Ils doivent néanmoins assurer eux-mêmes le coût de la location", précise le directeur du Blocry.

Cette saison, la salle accueille une série de compétitions belges, provinciales et locales. Elle espère, à l’horizon des Jeux de Paris 2024, accueillir l’une ou l’autre équipe étrangère d’athlétisme qui pourrait bénéficier d’un hall de qualité et des possibilités hôtelières de Louvain-la-Neuve.


Rappelons enfin que la piste a servi de salle d’examens pour les étudiants de l’UCLouvain numériquement mal équipés, pendant la session de mai-juin 2020. Une situation exceptionnelle due au Covid qui n’avait guère plu à certains athlètes !

 

Articles recommandés pour vous