Conference League - Foot

Lucas Biglia revient en Belgique 9 ans après avoir quitté Anderlecht : retour sur le départ chahuté du Petit Prince

Lucas Biglia lors de son dernier match avec Anderlecht en mai 2013.

© Tous droits réservés

Neuf ans après avoir quitté le Sporting d’Anderlecht, Lucas Biglia va refouler les pelouses belges lors du match retour des barrages de la Conference League entre l’Antwerp et le club d’Istanbul Basaksehir ce jeudi (1-1 à l’aller). L’occasion pour nous de revenir sur le départ chahuté du Petit Prince, souvent annoncé dans les plus grands clubs ou championnats européens mais qui a finalement pris son mal en patience avant de forcer son destin en mettant la pression sur la direction Mauve.

Trop cher ou intransférable : Biglia dans l’impasse

Arrivé en 2006 à Anderlecht, Lucas Biglia, alors capitaine de l’équipe d’Argentine championne du monde des moins de 20 ans, s’impose rapidement comme le maître à jouer des Bruxellois. Son sens de la récupération, son calme et sa créativité plaisent à de nombreux clubs, dont l’AC Milan, qui tente à plusieurs reprises de mettre le grappin sur l’Argentin. Finalement, en juin 2011, Biglia, surnommé "El Principito" (le Petit Prince), prolonge à Anderlecht à la surprise générale. "Je suis chez moi à Bruxelles. Je ferai tout pour aider le RSCA à devenir champion la saison prochaine", déclarait Biglia.

Promesse tenue par l’Argentin qui remporte son 3e titre de Champion de Belgique et le titre de meilleur joueur d’Anderlecht après être passé à côté d’un transfert à la mi-saison. Conscients qu’ils avaient besoin de leur perle argentine pour décrocher le graal, la direction Mauve et Herman Van Holsbeeck avaient alors doublé le prix de vente du joueur (15 millions d’euros au lieu de 8) pour repousser les prétendants (la Fiorentina était sur le coup).

Le titre en poche et le cœur léger, Biglia, via son agent, annonce vouloir quitter le Sporting d’Anderlecht à l’été 2012. Mais une fois de plus, et ce malgré les rumeurs qui l’envoient partout en Europe, le milieu de terrain reste en Belgique.

Les migraines du Petit Prince

C’en est trop pour Biglia qui, en janvier 2013, engage un bras de fer avec sa direction afin que cette dernière baisse sa clause de départ (8 millions d’euros). Pour ce faire, le Petit Prince décide de rester dans son pays natal et sèche le stage hivernal du Sporting sous le prétexte de migraines dues au stress. Il revient néanmoins en Belgique à la fin du mois de janvier pour la reprise du championnat. Une fois de plus, Biglia n’obtient pas son transfert tant désiré.

Mais sa stratégie s’est finalement avérée payante. En mai 2013, Biglia offre un 32e titre de Champion de Belgique au Sporting en inscrivant un coup franc face à Zulte Waregem lors de la dernière journée des play-offs (1-1). À l’issue de la rencontre, Biglia annonce son départ du club : "Je pars par la grande porte". Cette fois c’est la bonne pour l’Argentin, qui rejoint officiellement la Lazio le 24 juillet 2013 pour la somme de 5,5 millions d’euros.

Sur le même sujet

RSC Anderlecht : Felice Mazzù sur le renvoi d’Anouar Ait El Hadj dans le noyau B : "Il va revenir très vite dans le groupe"

Anderlecht

Articles recommandés pour vous