RTBFPasser au contenu
Rechercher

Lucile Richardot au sujet du Chant de la Terre de Mahler, dernier enregistrement du chef Reinbert de Leeuw

25 sept. 2020 à 12:15Temps de lecture1 min
Par Musiq3

La mezzo-soprano enregistre le Chant de la terre de Mahler chez Fuga Libera. Un enregistrement réalisé en décembre 2019, sous la direction de Reinbert de Leeuw, deux mois avant le décès de ce dernier. C’est donc un album testament, qui rend hommage à l’un des plus grands interprètes de musique du XXe siècle, que nous présente Lucile Richardot au micro de Camille De Rijck.

Je me suis retrouvée dans ce projet un peu par une succession de chances et de hasard.

Lucile Richardot nous raconte les conditions d’enregistrement de ce dernier album qu’a dirigé le chef d’orchestre et pianiste néerlandais Reinbert de Leeuw, qui était déjà très malade au moment de l’enregistrement.

Lucile Richardot a rencontré le chef d’orchestre et pianiste néerlandais à la fin de sa vie, à l’été 2019.

"On s’était un peu parlé au téléphone et il me racontait plein de choses que je ne comprenais pas sur l’œuvre, sur la vision des choses. La première répétition à Bruxelles était déterminante, on a fait connaissance en musique, puisque c’était très difficile de passer plus de temps avec lui en dehors des répétitions, il allait tout de suite se reposer. Il a vraiment assuré jusqu’au bout, donnant toutes ses forces. Il ressuscitait à proprement parler pendant les répétitions et les prises de l’enregistrement, il retrouvait toute son énergie, toute sa force, toute sa jeunesse, toute sa raison de vivre lorsqu’il dirigeait. […] On savait que l’erreur n’était pas permise, on savait qu’il fallait faire deux ou trois prises, parce qu’à chaque fois, il fallait faire des pauses de 30 minutes. Cela nous poussait à donner le meilleur de nous-mêmes à chaque prise. Et si, ô malheur (Oh Mahler ?), on faisait une erreur de texte, c’était la fin du monde, en tout cas pour moi. Il y avait une ambiance spéciale pendant l’enregistrement, car on sentait que c’était lui qui s’exprimait à travers ce texte d’adieux à la vie."

Sur le même sujet

A écouter : La soprano belge Sophie Junker nous dévoile les charmes de La Francesina, muse de Haendel

FESTIVAL MUSIQ'3

Pourquoi les Symphonies de Mahler ont-elles tant marqué l’Histoire de la musique ?

Telle est la question !

Articles recommandés pour vous