Cyclisme

Ludovic Robeet avant le Nieuwsblad : "J’aurais pu partir en World Tour, mais… »

©Bingoal Pauwels Sauces WB

Ludovic Robeet fait partie des meubles dans l’équipe Bingoal Pauwels Sauces WB. A 27 ans, il aurait pu changer de crémerie, après une offre d’une équipe World Tour, mais il a préféré rester "à la maison". Le Brabançon entame sa dixième saison dans la structure de Christophe Brandt, avec l’envie d’à nouveau lever les bras, comme en 2022.

Une blessure en hiver retarde sa préparation

C’est à Ninove que Ludovic Robeet nous fixe rendez-vous. Le citoyen de Oisquercq nous consacre quelques minutes avant de partir reconnaître le Nieuwsblad, qui sera seulement sa deuxième course de la saison : "En stage en décembre je suis tombé sur le genou. Une blessure qui a retardé ma préparation d’un mois et demi. Il n’y avait rien à faire seulement attendre que ça aille mieux. J’ai de la chance parce qu’il ne me faut pas beaucoup d’entraînement pour revenir en forme après une ou deux courses je pense que ce sera suffisant pour être compétitif".

Le baroudeur wallon n’a que 4 jours de course dans les jambes avant d’aborder le week-end d’ouverture en Belgique. Il a participé au Tour d’Antalya en Turquie, où il a travaillé pour l’équipe, et où il a engrangé des kilomètres.

"J’aurais pu partir ailleurs. On sait ce qu’on a, mais on ne sait pas ce qu’on va avoir"

© Bingoal Pauwels Sauces WB

Cet hiver "Ludo" a reçu une offre d’une équipe World Tour, mais le Brabançon a préféré refuser, et il a signé un nouveau contrat de deux ans avec l’équipe wallonne : "J’aurais pu partir ailleurs. On sait ce qu’on a, mais on ne sait pas ce qu’on va avoir. Si c’est pour partir et ne plus avoir de programme de courses, et ne pas avoir la confiance de l’équipe et du staff derrière, c’est moins intéressant. Maintenant si j’ai d’autres propositions d’équipes World Tour, j’irai peut-être. Pour le moment je suis bien ici, je suis serein et bien dans ma tête, c’est ça le plus important quand on fait du sport de haut niveau".

Le Tubizien entame donc sa 10e saison dans la structure wallonne qu’il connaît mieux que personne. Il a passé 4 années dans l’équipe de développement et il débute sa 6e saison pro. A 27 printemps il a toujours la même envie, mais il a gagné en sagesse et maturité : "J’endosse tous les rôles dans l’équipe. Leader, capitaine de route, équipier, et ça me va bien".

Robeet vise une victoire… comme en 2021

© Tous droits réservés

En 2021, Ludovic Robeet avait surpris tout le monde en s’imposant en solitaire, et en allant au bout de lui-même sur la Nokere Koerse. Il espère rééditer l’exploit cette année, sans cocher une course en particulier : "Généralement je ne peux pas dire avant le départ, celle-là, je veux la gagner parce qu’il y a tellement de facteurs qui entrent en compte. Je ne suis pas le meilleur sprinteur, je ne suis pas le meilleur grimpeur. Il faut qu’il y ait les conditions optimales pour que j’arrive en solitaire".

Ce samedi sur le Nieuwsblad, il sera encore un peu court physiquement, mais il a déjà un plan en tête : "Peut-être essayer de partir dans l’échappée même si la condition n’est pas là. Je serai plus tranquille plutôt que dans le peloton. Si je n’arrive pas à être dans l’échappée, je bosserai pour l’équipe, j’emmagasinerai des kilomètres pour parfaire ma condition et arriver le plus rapidement en forme".

En forme pour attaquer le Samyn mardi prochain, avant d’aborder les classiques flamandes, avec le Tour des Flandres et Paris-Roubaix en point de mire.

Loading...
Loading...

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous