Monde

"L’Ukraine va sans doute estimer que les déclarations de Vladimir Poutine sont une déclaration de guerre" explique Nicolas Gosset, chercheur à l’institut royal supérieur de défense

© Tous droits réservés

21 févr. 2022 à 21:49Temps de lecture4 min
Par Hugues Angot

Deux régions séparatistes pros russes en Ukraine sont reconnues comme indépendantes. Voilà en substance le message délivré ce lundi soir sur la chaîne d’Etat par Vladamir Poutine. Alors comment faut-il analyser cette déclaration ? Est-ce que cela va déboucher sur une aggravation du conflit ? Et ce conflit pourrait-il s’étendre au reste de l’Europe ?

QR l’actu tente de répondre à ces différentes questions avec Nicolas Gosset, chercheur à l’institut royal supérieur de défense et Olivier Corten, professeur de droit international à l’ULB

Bientôt une guerre ?

La déclaration de Vladimir Poutine et cette reconnaissance de l’indépendance de deux régions de l’Ukraine change radicalement la situation selon Nicolas Gosset "Jusqu’à présent la Russie niait avoir un rôle direct dans le conflit ukrainien. Désormais, les choses sont beaucoup plus claires. Ce qui rend le conflit particulièrement inquiétant, c’est que l’Ukraine va sans doute estimer que ces déclarations sont une déclaration de guerre. Une chose est certaine à présent, les accords de paix de Minsk de 2015 sont morts".

Pour Olivier Corten, la guerre est déjà bien là et depuis longtemps. "Depuis 2014, la Russie occupe une partie de l’Ukraine, la Crimée et elle arme et finance toute une série de séparatistes dans l’Est de l’Ukraine. Il faut bien entendu séparer les deux conflits mais ils sont néanmoins liés. Le Sud de l’Ukraine est occupé par la Russie et à l’Est, la Russie soutient des rebelles séparatistes même si elle l’a toujours nié. En faisant cette déclaration, Vladimir Poutine pourra ensuite dire qu’il doit soutenir militairement ces soi-disant républiques indépendantes de l’Ukraine, comme si l’Ukraine était un autre pays. Ça marque clairement un engagement plus appuyé de la Russie. La guerre va donc s’aggraver".

Reconnaissance d’indépendance

Les déclarations de Vladimir Poutine n’ont aucune valeur au regard du droit international assure Olivier Corten :"Ce n’est pas la première fois que cela arrive. L’Europe l’a fait pour le Kossovo par exemple et la Russie l’a déjà fait pour des régions sécessionnistes de Géorgie, elle fait également pour la Crimée. En réalité, ça n’a aucune valeur juridique. Ce sont des reconnaissances unilatérales qui ne font qu’aggraver l’ingérence de la Russie dans le conflit actuel".

Crainte pour l’Europe ?

Pour Nicolas Gosset, il faut écarter tout scénario d’invasion de l’Europe de l’Ouest mais il estime néanmoins que l’onde de choc pour la sécurité européenne est massive : " Il faut comprendre que ce qui se passe aux portes de l’Europe est quelque chose qui est fondamental pour la sécurité européenne et qui a des conséquences multiples et profondes pour la sécurité du continent".

L’Ukraine et l’Otan

La Russie ne veut pas que l’Ukraine intègre l’OTAN mais chaque état souverain a le droit d’aller dans l’organisation internationale de son choix explique Olivier Corten. "Sur le plan du droit, la Russie ne peut pas empêcher un état souverain d’adhérer à une organisation quelle qu’elle soit". Mais alors pourrait-on accélérer ce processus d’intégration de l’Ukraine dans l’OTAN et éviter le conflit ? En fait, ce processus d’intégration de l’Ukraine dans l’OTAN date de 2008 explique Nicolas Gosset, chercheur à l’institut royal supérieur de défense. "A l’époque les Américains étaient favorables à cette adhésion de l’Ukraine mais les Européens redoutaient déjà les réactions russes et avaient freiné des quatre fers. Il faut ajouter que le traité de l’Atlantique Nord considère qu’un État ne peut pas être importé avec ses "problèmes" dans l’Alliance.

Motifs économiques ?

La dimension énergétique est importante dans le cas de l’Ukraine puisque c’est un lieu de passage des pipelines gaziers entre la Russie et l’Europe. Pourtant, Nicolas Gosset estime qu’il faut être prudent et ne pas résumer le conflit à cette unique grille de lecture :"Le statut géographique de l’Ukraine est suffisamment important pour expliquer ce qui se passe aujourd’hui et puis il y a les énormes réticences russes à voir les collaborations se développer entre l’Ukraine et l’OTAN".

Non-respect d’une "zone tampon"?

Pour Nicolas Gosset, il faut déconstruire l’idée qu’une zone tampon avait été ratifiée entre l’Est et l’Ouest. "L’existence de cette zone tampon, c’est en fait l’objectif géopolitique des Russes. Il n’y a pas eu d’accord Otan Russie qui garantissait l’existence de cette zone tampon. Ce n’est pas vérifié ni historiquement ni juridiquement. Il y a eu aux débuts des années nonante des discussions entre Russes et américains, avant l’effondrement de l’Union soviétique qui garantissait certains développements mais qui ne sont pas du tout ceux dans lesquels nous nous trouvons actuellement."

Et quid de la Chine ?

La politique extérieure de la Chine n’est pas toujours très prévisible. Mais une des lignes de forces de la Chine, c’est le respect des frontières et de l’intégrité territoriale explique le professeur de droit international de l’ULB : "Le ministre chinois des affaires étrangères a appelé à respecter les frontières y compris de l’Ukraine. Bien entendu, la Chine ne va pas s’engager militairement pour l’Ukraine, mais il serait simpliste de dire que la Chine soutient la Russie. C’est beaucoup plus complexe que cela".

Pour Nicolas Gosset, il faut quand même insister sur un fait. "Le président chinois a estimé que les griefs, et les criantes de la Russie à l’égard de l’Ukraine étaient légitimes et devaient être entendues.Il faut aussi penser aux implications dans le futur. L’Ukraine pour la Russie, c’est le scénario que connaît la Chine avec Taïwan".
 

 

 

 

 

QR l'actu

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous