RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Liège

L’unique usine d’Hannut va disparaître, la capsulerie fera place à des appartements

Une façade arrondie refaite dans les années 60
01 juin 2021 à 07:13Temps de lecture2 min
Par Françoise Dubois

C’est une page de l’histoire d’Hannut qui va bientôt se tourner.
Cette semaine, les travaux de désamiantage vont commencer à l’ancienne capsulerie. Sur ce site de 4 hectares, en cœur de ville, l’entreprise Bonten d’Aubel va construire 18 appartements.

Créée en 1910, la capsulerie, c’est toute une époque. Celle où c’était d’ailleurs la seule usine de cette petite cité plutôt agricole.

Des capsules pour les bouteilles de vin

C’est un Bruxellois, Georges Maurissen, qui, en 1910, a créé l’entreprise. " Mon beau-père a été envoyé à Hannut par sa famille, il y a rencontré son épouse, s’est installé et a créé la capsulerie", raconte Michèle Maurissen. L’homme était ingénieux et inventif. Il avait ainsi mis au point une dynamo pour produire l’électricité et l’éclairage nécessaire à l’usine. Le surplus était d’ailleurs réinjecté sur le premier réseau de la ville. La capsulerie a ainsi éclairé Hannut. "Il y avait même un code, on coupait le courant 3 fois, quand on voulait rappeler mon grand-père à l’usine", ajoute Philippe Maurissen.

Les capsules, elles étaient en plomb et étain. "Mon grand-père achetait du plomb aux ferrailleurs". Plomb et étain étaient fondus puis laminés et plaqués l’un sur l’autre pour fabriquer ces capsules que l’on posait au-dessus des bouchons en liège des bouteilles de vin. Les ouvrières devaient ensuite peindre et décorer le dessus des capsules selon la demande du client. "Dans les premières années de mon mariage, la capsulerie était florissante. Mon mari en a repris les commandes. Il a aussi modernisé l’outil et absorbé les 3 autres capsuleries qui existaient en Belgique", raconte Michèle Maurissen. A son apogée, la capsulerie a occupé jusqu’à 120 ouvrières.

Le désamiantage de l’usine commence cette semaine
Le désamiantage de l’usine commence cette semaine RTBF Françoise Dubois

De la capsulerie à la tuberie

Georges Maurissen avait senti le vent tourner et il avait développé une autre activité : la tuberie. Il s’agissait de travailler du plastique étirable. " On a fait des tuyaux, des lignes de tennis aussi ou encore des berlingots pour mettre du shampoing", se rappelle Michèle Maurissen", "il y avait des fuites parfois alors le week-end, Georges et moi, on allait à l’usine et on triait les berlingots pour retirer ceux qui fuyaient."

La capsulerie a cessé ses activités début des années 80. Le site a été vendu en 2014 au groupe aubelois Detry qui a chargé la société Bonten, d’Aubel également, de développé un projet. Impossible de maintenir la structure existante, il faut tout démolir.

Petit pincement au cœur pour Michèle Maurissen qui, à 90 ans, se veut résolument tournée vers l’avenir : "c’est vrai que c’est toute une époque, le travail de mon mari mais c’est trop vieux."

Articles recommandés pour vous