Le 8/9

-M- joue en pleine "Rêvalité" : "Je suis reconnecté au monde de l’enfance et à cet imaginaire"

-M-, pour son album "Rêvalité"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

01 juin 2022 à 08:37Temps de lecture3 min
Par François Saint-Amand

-M- était l’invité du 8/9 pour présenter son nouvel album Rêvalité ce 3 juin. L’artiste français a expliqué ce projet conceptuel, qui entremêle rêve et réalité et qui marque une nouvelle étape de sa vie. Il a gratifié l’émission d’un live acoustique et presque fantasmagorique du single Dans ta radio.

Matthieu Chedid est de retour avec un nouvel album, Rêvalité. Ce disque tourne autour de l’idée d’une reconnexion entre deux mondes opposés : le rêve et la réalité.

Le nom du 1er single, Rêvalité, est d’ailleurs la contraction entre ces deux mots. Dans ce titre, M nous embarque dans une ville futuriste à bord d’une voiture de course. Habillé en violet, un mélange entre le bleu, symbole du rêve et le rouge, symbole de la réalité.

Le chanteur a également dévoilé un second single : Dans ta radio.

► En concert le 14 octobre à Bruxelles à Forest National.

Un éternel enfant qui vit de ses rêves

C’est un véritable album conceptuel qu’a concocté -M- à ses fans, dont le thème central fait écho à un titre célèbre de Pierre Rapsat, Les rêves sont en nous.

L’auteur-compositeur-interprète mêle en effet rêve et réalité, qui lui semblent indissociables : "La rêvalité est le monde dans lequel je vis. Je crois que c’est un monde un peu poétique mais d’une certaine manière, je pense qu’on oublie tous que le rêve fait partie de nos vies, qu’on est tous pétrit de nos rêves. C’est notre désir, notre moteur. Je pense qu’il n’y a pas de vie sans rêve, et que les deux sont totalement liés".

Figurine, costume, bolide, super-pouvoirs,… Le clip de la plage-titre de l’album, réalisé par David Tomachevski, qui a beaucoup collaboré avec OrelSan, emmène Matthieu Chedid dans l’univers des super-héros. Là aussi il touche à un monde rempli d’illusions. "C’est une évocation de l’enfance aussi, car je suis reconnecté à ce monde et cet imaginaire-là (NDLR : son album célèbre aussi la naissance de son 3e enfant, une petite fille, et son garçon figure dans l’un des clips de ce disque) et les enfants sont de grands artistes aussi. J’avais envie de faire plaisir à mon fiston avec une voiture qui va très vite" explique-t-il.

Un album présenté en avant-première à Paris

-M- a souvent cassé les codes au cours de sa carrière. L’artiste le plus récompensé aux Victoires de la Musique a décidé de présenter son album sur scène aux Folies bergères… plusieurs jours avant sa sortie officielle prévue ce 3 juin.

Un choix justifié par la consommation musicale actuelle qui déconnecte le public de la production artistique. "On est dans un monde un peu étonnant où on a accès à tout en un clic. Cela manque un peu de poésie tout cela. J’aime bien l’idée qu’on fasse l’effort d’aller dans une salle de concert pour découvrir des chansons qu’on ne peut écouter nulle part ailleurs" indique-t-il, concédant que le public a alors peu de repères lors du live, mais cette ambiance gagne en authenticité.

Une sorte d’avant-première de cinéma, art qui a inspiré aussi Matthieu Chedid sur cet album.

L’intensité du son

-M- dresse en effet un parallèle avec le 7e art quand il évoque le sujet de son single Dans ta radio.

"La radio évoque mon enfance aussi parce que ce sont vraiment des émotions. J’aime bien quand on nous prive de certains sens. On a plus d’intensité. C’est comme les films muets cela me touche particulièrement. Les grands cinéastes et cinéphiles disent que le film muet est le vrai cinéma car le son est presque une facilité. Un peu comme la musique qui crée une intensité quand il n’y a pas l’image" observe l’artiste de 50 ans. "Je pense à des émissions de radio qui m’ont bouleversé aussi car cela laisse justement la place à l’imaginaire. J’aime cette idée-là et inconsciemment, quand je dis 'je passe dans ta radio' je me suis rendu compte que je pense à la radioscopie, le fait d’aller à l’intérieur. Lors du confinement, on était dans cette intériorité forcée qui nous a permis de se retrouver face à soi-même et à ses proches. Mais 'il faut que je passe dans ta radio' est une façon de dire 'il faut qu’on se parle d’âme à âme'".

Et cette âme, l’interprète de Je dis aime parvient à l’émouvoir une fois de plus dans un live en guitare acoustique de Dans ta radio sur le plateau du 8/9. Accompagné d’une nouvelle guitare nappée de violet, en rapport avec le mélange du rêve et de la réalité, sa voix aigüe au timbre presque strident qui plonge véritablement dans son univers onirique.

Du lundi au vendredi, retrouvez l’invité du jour dans Le 8/9 à suivre sur VivaCité et en télé sur La Une. Pour connaître le programme de la semaine, c’est par ici.

Sur le même sujet

Barbara Abel décortique son thriller : "Je dois être hyper crédible"

Le 8/9

Slimane sort un nouveau single en solo, un retour un peu trop précipité ?

Le 8/9

Articles recommandés pour vous