RTBFPasser au contenu

Regions

Macron à Molenbeek, Le Pen au Vaudeville, Zemmour chez Filigranes... C'était au temps où les candidats à l'élection présidentielle française brusselaient

Emmanuel Macron, ici à Molenbeek, le 20 novembre 2018.

Macron, Le Pen, Pécresse, Mélenchon, Zemmour, Poutou, Arthaud, Jadot, Lasalle, Hidalgo, Dupont-Aignan, Roussel… Les douze candidats en lice pour le premier tour de la présidentielle française, ce dimanche, clôturent leur campagne pour convaincre les derniers indécis, dont les Français de l’étranger et de Bruxelles en particulier. Si aucun n’a fait campagne dans la capitale, beaucoup y sont passés dans le cadre de leurs fonctions actuelles ou antérieures. Que retenir de ces passages ? Le Bruxelles de quelques-uns des candidats à la présidentielle, le voici avec quelques archives RTBF.

  • Emmanuel Macron à Molenbeek, au Roy d’Espagne…

Le président et candidat à sa succession a effectué, en compagnie de son épouse Brigitte Macron, une visite officielle en Belgique en novembre 2018. Au programme, réception chez le roi Philippe et la reine Mathilde. Et passage à Molenbeek, sur une suggestion de notre souverain, presque trois ans jour pour jour après les attentats de Paris. Le président y rencontre des entrepreneurs, des jeunes ou encore Amal Amjahid, multiple championne de Ju-jitsu.

Après les échanges, Emmanuel Macron déclare qu’il faut donner "l’image juste que peut avoir Molenbeek". Brigitte Macron promet elle, en quittant la commune : "Je reviendrai à Molenbeek." Elle n’y est toujours pas revenue.

Emmanuel Macron à Molenbeek

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Durant son mandat, Emmanuel Macron a participé à plusieurs sommets européens de Bruxelles, s’étalant souvent sur deux jours. Au terme de la première journée, celui-ci en a souvent profité pour découvrir la capitale en compagnie d’autres chefs d’Etats. En octobre 2018, il est attablé au Roy d’Espagne sur la Grand’Place avec le premier ministre belge Charles Michel, la chancelière allemande Angela Merkel et le premier ministre du Luxembourg Xavier Bettel. Selon ce dernier, ils ont bu une bière et mangé des frites.

Autour d’eux, des curieux et un service de sécurité attentif. Des journalistes européens sont présents pour immortaliser ce moment de convivialité et partager l’instant sur Twitter. Une image qui montre des dirigeants sous un autre jour et qui participe aussi à une opération de communication.

Loading...
Loading...

En juillet 2018, quelques semaines plus tôt, Macron, Michel et Bettel s’étaient déjà rendus au Roy d’Espagne après une journée de discussions à l’Otan. Des clichés existent.

Loading...
  • Marine Le Pen et le Vlaams Belang

La candidate du Rassemblement national est régulièrement venue à Bruxelles dans le cadre de son mandat de députée européenne mais aussi pour soutenir son parti frère à l’extrême-droite de l’échiquier politique belge, le Vlaams Belang. Mais l’accueil n’a pas toujours été joyeux pour l’ancienne présidente de son mouvement.

En avril 2014, Marine Le Pen doit participer à une réunion préélectorale du Vlaams Belang au théâtre du Vaudeville, galeries Saint-Hubert. Une participation d’abord en chair et en os avant de finalement se transformer en l’envoi d’un message vidéo. Le bourgmestre de Bruxelles, Yvan Mayeur, interdit le meeting pour des raisons de sécurité : des contre-manifestations sont annoncées devant le théâtre. Le Vlaams Belang introduit un recours un Conseil d’Etat et gagne. Mais le Vaudeville décide de ne plus accueillir le parti et ses militants qui se retrouveront finalement à La Chaloupe d’Or.

Le meeting du Belang avec Marine Le Pen au Vaudeville interdit

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

En septembre 2015, Marine Le Pen se rend au Parlement flamand à l’invitation du Belang, toujours. La réunion a pour thème la souveraineté nationale et la crise des réfugiés. Une manifestation contre sa venue est organisée autour de la place Madou par des mouvements de gauche et d’extrême-gauche. Ils sont plus de 250.

Marine Le Pen au Parlement flamand le 15 septembre 2015

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Nouvelle rencontre à Bruxelles avec les dirigeants du Vlaams Belang, cette fois en décembre 2018 pour évoquer le pacte migratoire de l’Union européenne. L’extrême-droite et les identitaires sont bien représentés lors de cette rencontre qui a lieu dans l’enceinte du Parlement flamand et qui marque le lancement d’une campagne du parti flamingant : Marine Le Pen est invitée ainsi que Steve Bannon, l’ancien conseiller de Donald Trump.

Marine Le Pen à Bruxelles en 2018

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

  • Le show Eric Zemmour en janvier 2015

C’est certainement la venue à Bruxelles d’un des douze candidats à l’élection présidentielle qui aura fait couler le plus d’encre. Le 6 janvier 2015, Eric Zemmour, alors journaliste et essayiste vient dans le cadre d’une journée promo dans notre capitale autour de la sortie de son nouveau livre, "Le suicide français". Les positions idéologiques de celui qui n’est pas encore entré en politique sont déjà connues. L’annonce de sa venue crispe dès lors des associations anti-racistes, des politiques issus des partis de gauche qui demanderont l’interdiction de sa venue.

Au programme de sa journée, un déjeuner-conférence au très chic Cercle de Lorraine, place Poelaert devant un parterre de chefs d’entreprise pour la plupart conquis par Zemmour avant une conférence de presse. Dehors, des manifestants pro et anti-Zemmour battent le pavé.

Le polémiste, figure médiatique en France, doit ensuite se rendre à la librairie Filigranes pour dédicacer son ouvrage. L’événement est d’abord annulé. Mais à la surprise générale, Zemmour s’y rend malgré tout pour discuter avec les clients présents et savourer une galette des Rois avec le gérant Marc Filipson, satisfait de son coup.

Le soir, direction Uccle et le cercle d’affaires B19. Malgré des demandes d’opposants, le bourgmestre Armand De Decker n’interdit pas la réception.

Eric Zemmour en janvier 2015 à Bruxelles

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Le 17 novembre 2015, quelques jours après les attentats de Paris, Eric Zemmour abordera cette fois Molenbeek dans l’une de ces chroniques sur RTL France.

"Au lieu de bombarder Raqqa, la France devrait mieux bombarder Molenbeek. Raqqa en Syrie, Molenbeek en Belgique, d’où sont venus les commandos du vendredi 13". Cette sortie lui vaudra une plainte pour discrimination en Belgique de la part d’un conseiller communal molenbeekois, plainte classée sans suite.

Loading...
  • Anne Hildago et les attentats de Bruxelles

Le 22 mars 2016, Bruxelles est frappée par deux attentats. Le pays est sous le choc après cette double attaque du groupe terroriste Etat islamique. Les habitants de la ville se rassemblent et se recueillent à la bourse, dans le centre.

Un lieu où se rendra le lendemain Anne Hidalgo, la maire socialiste de Paris, candidate PS. Elle est accompagnée d’Yvan Mayeur, bourgmestre de Bruxelles. Sur place, ils saluent la population et les forces de l’ordre.

Hidalgo se rend à Bruxelles au lendemain des attentats du 22 mars 2016

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

  • Yannick Jadot, le député européen

Yannick Jadot, candidat des écologistes, est député européen depuis 2009. Le 12 janvier 2010, il est interrogé à Bruxelles par la RTBF après avoir assisté à l’audition de Karel De Gucht, nouveau commissaire à la coopération au développement, par les élus du Parlement européen.

Yannick Jadot au Parlement européen

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

09 avr. 2022 à 20:14
6 min
06 avr. 2022 à 06:40
7 min

Articles recommandés pour vous