Chronique cinéma

Madrès paralelas, Pedro Almodovar met en scène le destin de deux mères que tout oppose

01 déc. 2021 à 11:19Temps de lecture3 min
Par Nicolas Buytaers

Nicolas Buytaers nous présente les sorties cinémas de la semaine, avec notamment Madrès paralelas, le 22e long-métrage de Pedro Almodovar.

Chronique cinéma

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Madrès paralelas

Janis et Ana sont deux futures mamans qui se rencontrent à l’hôpital. Elles vont toutes les deux accoucher. Alors que tout pourrait les séparer, d'abord leur âge puis leur vécu, sans oublier leur désir d'enfant - Janis désire plus que tout son bébé avec cette grossesse tardive et Ana n'en veut pas -, les deux femmes vont se lier d'amitié. Deux destins de mères à vivre en parallèle, entre haine, amour et terribles secrets.

Pour son 22e long-métrage, le réalisateur espagnol Pedro Almodovar raconte une fois de plus, avec le même plaisir, une histoire de femmes (un double portrait de femmes), une histoire sur l'Histoire (sur fond de Franquisme et de ses fosses communes), une histoire de transmission, une histoire d'identité : une histoire aux multiples histoires.

Et comme toujours, chez lui, le film est gorgé de lumière, de couleurs et c'est beau. Certains pourraient dire que tout est trop beau et par conséquent superficiel. Mais quand on gratte un petit peu, quand on s'attarde sur les détails (à l'image du personnage de Janis qui est photographe), on va plus loin. C'est tordu comme les chemins empruntés mais c'est plus profond qu'on ne le pense. C'est du Almodovar, toujours aussi inspiré par Penelope Cruz, sublime dans ce nouveau film.

Loading...

Pièce rapportée

"La pièce rapportée" se nomme Ava. Elle est employée à la RATP. Perdu dans l'un des interminables couloirs du métro, Paul Château-Têtard, un vieux garçon de 45 ans qui vit encore chez sa maman dans une magnifique demeure du 16e arrondissement de Paris, tombe follement amoureux d'elle. Adélaïde, la belle-maman (que tout le monde appelle la Reine Mère), voit d'un très mauvais œil l'arrivée dans la famille de cette demoiselle sans éducation ni argent. D'ailleurs, elle engage un détective privé pour en savoir plus. Mais le souci, c'est que ledit détective va tomber lui aussi amoureux d'Ava.

"La pièce rapportée" est une comédie davantage acidulée qu'acide que l'on doit au réalisateur français Antonin Peretjatko (les Cahiers du Cinéma l'avait déjà qualifié de porte-drapeau du renouveau du Cinéma français ultra-réaliste avec son film "La fille du 14 juillet"). Les petits plus de cette comédie sont aussi ses petits moins. Il y a des bons mots mais certaines punchlines auraient pu être plus appuyées. Il y a du style mais il aurait pu être davantage appuyé. Il y a des références à d'autres genres mais elles auraient pu être encore plus appuyées. Il y a un excellent casting emmené par Anaïs Demoustier (à qui la comédie va plutôt pas mal) et Josiane Balasko (la reine Mère c'est elle) mais Philipe Katerine sous-joue trop !

Loading...

Une sortie DVD pour alimenter la hotte du Père Noël

Saint-Nicolas s'apprête à faire sa ronde et le Père Noël peaufine les préparatifs pour la nuit du 24 décembre. Il n'est pas encore trop tard pour leur faire parvenir votre liste, sur laquelle figurera peut-être le DVD de l'un des films français de l'année, le premier opus cinématographique de Kaamelot, la suite de la série d'Alexandre Astier. 

Alors que Lancelot et ses mercenaires font régner la terreur dans le royaume, il est temps pour le roi Arthur de revenir, non seulement pour arrondir les angles d'une table déjà fort ronde mais aussi et surtout pour remettre de l'ordre dans tout cela.

"Kaamelott", le film du comédien Alexandre Astier, est à la fois le prologue et la suite de sa cultissime série éponyme racontant le quotidien du roi Arthur et de ses chevaliers. Une série tout aussi drôle qu'absurde. Une bêtise intelligente que l'on retrouve dans ce film et plus encore. Si être fan de la série est recommandé pour en savourer tous les détails, que les néophytes se rassurent, Astier a pensé à eux en y insufflant ici et là de la drôlerie pour tous. Et même quand certaines blagues tombent à plat, elles sont réussies et on rigole. Sans oublier le casting 5 étoiles de ce version longue avec entre autres Alain Chabat, Antoine de Caunes, Géraldine Nakache, Audrey Fleurot, Christian Clavier et Sting. Vivement la suite car Astier a prévu d'en faire une trilogie.

Loading...

Sur le même sujet

Oscars 2022 : Le retour des grands films de studios hollywoodiens

Cinéma

L’amour c’est mieux que la vie, amitié et amour, le cocktail Lelouch qui fera plaisir à ses fans

Chronique cinéma

Articles recommandés pour vous