Main Stage : Le Klacik à Uccle

on stage

© googlemap

30 juil. 2021 à 15:45Temps de lecture2 min
Par Jean-Philippe Lejeune

Une salle de concert bruxelloise fermée depuis longtemps mais qui en mois de 2 ans d’existence a marqué les esprits des amateurs de musique. Nous sommes à la fin des seventies. Et à cette époque à part Forest National et l’AB ou les maisons de jeunes il n’y avait pas de salles de concerts de moyenne taille et ce sont les bistrots et les boîtes qui faisaient venir les groupes étrangers encore inconnus du grand public.

Citons le canotier, le vieux Saint Job et le Klacic dont je vais vous raconter l’histoire. Nous sommes à Uccle à la fin des années 70, 4 jeunes, la vingtaine, décident de créer une boîte de nuit et de rompre avec la tradition des établissements du centre-ville phagocytés par le disco : ils proposent un concept new wave voire postpunk avec des concerts dans cette lignée. Un espace de 300 mètres carrés situé au 638 de la rue St Job est aménagé avec une déco minimaliste qui donnait un côté indus' au lieu. La décoration était ailleurs, dans les costards new wave, les chaussures à pointes et bien sûr la musique. Le lieu a été inauguré le 21 mars 1979.

Mais le Klacik ce sont aussi des concerts avec des groupes à l’avant-garde, comme Suicide, Buzzcocks, Bauhaus… Puis des artistes qui allaient devenir incontournables : Echo and the Bunnymen, Simple Minds, The Pretenders, The Cure et un certain Paul Hewson mieux connu sous le nom de Bono. Philippe Kopp organisateur de concerts pour Sound and Vision à l’époque se rappelle que les membres de U2 étaient arrivés crevés dans une camionnette pourrie et qu’ils ont dormi à même le sol avant le concert. Le 18 octobre 1980, U2 s’est produit devant 100 personnes et cela devait être fini à minuit parce que non seulement les clients de la boîte pas trop intéressés par le concert attendaient pour investir la piste de dance de même que la malle qui devait ramener le groupe à Londres.

U2: The Electric Co. (London 1980)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Le dimanche 13 avril 1980, les Cramps ont aussi laissé un souvenir impérissable au public et aux organisateurs. Installés dans les pièces du haut qui servaient de loges et ils s’étaient amusés à aller pisser chez les voisins en passant par les toits. Didier Odieu se souvient d’un live d’une grande violence, le set était bien agressif c’est du surf avec un côté un peu ringard mais le look de Poison Ivy (la guitariste) était terrible. Le look paramilitaire d’Echo and the Bunnymen, habillés en tenue de camouflages était assez novateur pour l’époque.

The Cramps - Tear It Up (Live - Urgh! A Music War) 1980

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

ECHO AND THE BUNNYMEN - Crocodiles - 1980

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

 

Pas mal de personnalités ont fréquenté le Klacik pour y faire la fête, pour y jouer et ils y ont fait de belles rencontres. C’est le cas de Fred Janin, à l’époque dessinateur pour le Journal de Spirou, le producteur et homme de radio Marc Moulin, Jean-Pierre Hautier ou encore Dan Lacksman. Comment ne pas mentionner les prestations des Bowling Balls, faux groupe de rock mis sur pied par Janin, Bert Bertrand et Thierry Cullifort. Ou alors des groupes punk locaux X-Pulsion, les Mad Virgins dont le roadie était un certain Marka, Odieu et Marine, dont le chanteur Marc du Marais créera plus tard la Muerte, ne manquait aucun concert au Klacic appréciant le fait de voir des groupes complètement inconnus dont on lisait des articles dans la presse anglo-saxonne.

The Bowling Balls- You Don't Know What It's Like To Be Alone In The House

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Le 22 décembre 1979, concert d’un jeune groupe alors parfaitement inconnu à l’époque quand il a inauguré le live au Klacik : The Cure. Malheureusement la prestation n’a pas été captée. Mais voici le band de Robert Smith sur leur premier live quelques années plus tard en 1984, lors de leur tournée anglaise enregistrée à Londres et Oxford.

Charlotte Sometimes (Live/Oxford)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Main Stage : Le Stade Ciudad de La Plata à Buenos Aires

Articles recommandés pour vous