RTBFPasser au contenu
Rechercher

Psychologie

Malades d'un cancer, les femmes toujours touchées par la charge morale

Malades d'un cancer, les femmes toujours touchées par la charge morale.
22 févr. 2022 à 12:30Temps de lecture2 min
Par RTBF avec AFP

Selon une étude, 90% des femmes touchées par un cancer du sein ou de l'ovaire souhaitent que leur charge morale soit reconnue. Une charge morale qui se caractérise par l'accumulation des tâches quotidiennes et des méfaits de la maladie sur le mode de vie des malades.

"Charge morale" liée au cancer : la double peine

Se battre contre la maladie tout en assurant le quotidien. Selon une étude menée par Wefight, 90% des femmes touchée souhaitent que l'on reconnaisse la charge morale liée au cancer. La charge morale est définie dans l'étude comme "le coût cognitif porté par les patients, la maladie qui, déjà présente dans le corps, s'insinue en plus dans tous les aspects de la vie".

Dans un communiqué, le co-fondateur de Wefight Benoît Brouard, explique : "Les personnes atteintes de cancer subissent une charge morale élevée car elles vivent une double peine".

"Aux douleurs physiques s'ajoutent la fatigue, des difficultés de concentration ou encore l'impossibilité de réaliser les tâches du quotidien."

Selon le sondage, qui a interrogé 419 femmes malades, 31% d'entre elles "attestent ne plus travailler depuis leur diagnostic". Parmi les malades, 11% ont changé de contrat, privilégiant un temps partiel. Résultat : "30% des patientes atteintes de cancer rencontrent des difficultés financières dues aux changements dans leur vie professionnelle et 18% à cause des frais médicaux et paramédicaux", alarme l'étude. 

70% des patientes voient leur santé mentale dégradée

La maladie impacte l'état psychologique de 70% des répondantes. 56% avouent "se sentir déprimées face aux obstacles et aux difficultés qu'amènent la maladie et les traitements". Dans le détail, on note que 16% se disent "sévèrement déprimées". Pour plus d'un tiers des répondantes (39%), il est difficile de trouver un moment de détente dans la journée. 

Dans le cadre de la vie sociale, les répondantes sont 71% à estimer devoir faire "comme si tout allait bien". Face à leurs proches, "deux tiers d'entre elles (66 %) ont eu le sentiment de devoir minimiser leurs symptômes".

Enfin, pour 65% des répondantes, la maladie a affecté leur estime d'elles-mêmes. "Le cancer est souvent un combat de longue haleine et plus le temps passe, plus les patientes font face à une solitude handicapante. Or, le bouleversement qu'amène cette maladie invisible dans la vie des patientes peut être dévastateur pour leur santé mentale. Il est primordial d'œuvrer pour la mise en place d'un suivi psychologique ainsi qu'un réel accompagnement du suivi médical", précise Benoît Brouard.

 

Méthodologie : cette étude observationnelle transversale a été menée parmi les patients utilisateurs des applications Vik Sein et Vik Ovaire. Les patients utilisateurs de Vik Sein et Vik Ovaire ont été invités à participer à l'étude directement sur l'application. Le questionnaire sur lequel se base l'étude a été rédigé par Wefight (équipe études) et validé par l'équipe produit. Le directeur scientifique a également validé le questionnaire ainsi que la méthodologie observée. Une notice d'information relative au traitement des données personnelles, validée par le département juridique, a été présentée à chaque utilisateur. Les consentements libres et éclairés ont également été recueillis. Toutes les données de cette étude ont été recueillies de manière pseudo-anonymisée, à partir des applications Vik Sein et Vik Ovaire. Les 419 femmes sondées ont plus de 18 ans et sont ou ont été atteintes d'un cancer. La collecte de données a été réalisée de juin à juillet 2021.

Sur le même sujet

Les marchandes d’art sortent de l’ombre

Exposition - Accueil

8 patients sur 10 souffrent d'effets secondaires sur leur peau suite à un traitement contre le cancer

Santé physique

Articles recommandés pour vous